Infolettre Advitae
Abonnez-vous gratuitement
à l'infolettre Advitae
Recevrez les dernières parutions
et des dossiers chocs sur la santé en primeur
3344
>>
 
Médecine et société

La mort d'un bébé 2 mois après son injection vaccinale ranime le débat sur l'innocuité des vaccins

Articles-sante > 2.Medecine-et-societe > La-mort-dun-bebe-2-mois-apres-son-injection-vaccinale-ranime-le-debat-sur-linnocuite-des-vaccins.658.htm


La mort d'un bébé 2 mois après son injection vaccinale ranime le débat sur l'innocuité des vaccins

par Ghislain Martel* 

La mort d'un bébé 2 mois après son injection vaccinale ranime le débat sur l'innocuité des vaccinsLa mort d'un bébé 2 mois après son injection vaccinale de routine ranime le débat sur l'innocuité des vaccins et les risques cachés des vaccins

(Ce texte est tiré et traduit librement à partir d'une publication sur www.stopmandatoryvaccination.com.)

*******

« Un nourrisson en bonne santé meurt du «SMSN» dans les 48 heures de l'injection de 8 vaccins.

 Anne Bliss n'a pas été informée par son médecin des risques, y compris le risque de décès, des huit vaccins administrés en même temps pour son bébé en bonne santé. Bear serait vacciné à l'âge de deux mois. Elle ne s'attendait pas non plus à ce que son bébé meure moins de 48 heures après ses vaccins. Pour aggraver les choses, après le décès du bébé d’Anne, Anne a appris que c’était une «coïncidence» et a attendu quatre mois pour obtenir le verdict de «syndrome de mort subite du nourrisson». Lorsqu'elle a insisté pour obtenir d'autres réponses, ils n'en avaient aucune.

Lisez dans les commentaires d’Anne son expérience déchirante au sujet de la mort de son fils. Dans la série de questions/réponses plus bas, Anne explique sa décision de ne pas vacciner ses enfants nés après la perte de Bear.

Anne Bliss: Berit «Bear» était en bonne santé quand il est né le 29 janvier 2015. Il avait trois semaines d'avance, mais il n'a jamais eu de problème. (Il a reçu sa première dose du vaccin contre l'hépatite B le 30 janvier.) En tant que maman pour la première fois, j'étais très protectrice, mais pas assez protectrice.

Il avait commencé à sourire et à se retourner et était vraiment alerte. Bear était une bibitte à câlins. Il aimait qu'on le prenne. Il était un bébé heureux et très décontracté jusqu'à ce qu'il ait fini avec ça. Il souriait lorsqu'il entendait les gens parler, surtout s'ils lui parlaient.

Quelques jours avant son bilan de deux mois, je commençais à avoir l’impression de ne pas vouloir le faire vacciner. J’ai exprimé mes inquiétudes au médecin qui m’avait dit «beaucoup de parents se sentent comme ça avant que leur enfant ne soit vacciné» et m'a assuré que tout irait bien. Bear a été vacciné le 26 mars. Il a reçu le DTaP, Hep. Vaccins B, IPV, Hib, Pneumo Conjugate 13 et Rotavirus.

Après ses injections, il a beaucoup dormi. Il a dormi presque toute la journée. Je devais le réveiller pour le nourrir - c'était très inhabituel. Il a tellement pleuré plus que la normale. Il n'a jamais eu de fièvre. En regardant en arrière sur les images, je peux voir que ses yeux étaient vitreux. Il n'était plus alerte et il était enflé.

C'était le 28 mars à 3 heures du matin. Je me suis réveillé avec de très fortes crampes (j'avais des kystes ovariens depuis que j'ai reçu le vaccin HPV / Gardasil). J'avais Bear qui dormait sur ma poitrine (il voulait être tenu plus que d'habitude), alors quand je me suis levé, j'ai dû le déposer. Il se rendormit tout de suite. Je l'ai couché sur le dos et je suis allé prendre un bain.

Je suis revenu 15 minutes plus tard et je l'ai pris dans ses bras - il était mou comme une guenille. J'ai crié. J'ai réveillé mon ex-mari et il a commencé à faire de la RCR pendant que j'appelais le 911. Je me souviens d'avoir été tellement en état de choc que je leur ai dit notre ancienne adresse et non notre nouvelle. J'ai finalement cessé d'essayer d'expliquer et leur ai dit d'appeler l'hôpital de notre ville et leur dire que nous allions venir. Nous étions à deux minutes de voiture.

Lorsque nous sommes arrivés là-bas, les médecins et les infirmières nous ont immédiatement pris Bear et ont commencé à travailler sur lui. Au moment où nous sommes arrivés, il avait du sang qui coulait de son nez. Ils l'ont ramené et l'ont perdu plusieurs fois. Ce bip qui retentit encore à ce jour me donne l'impression que mon cœur est déchiré de ma poitrine. Des infirmières néonatales ont été amenées par avion de l’Université d’Oklahoma par hélicoptère pour tenter de le stabiliser afin que nous puissions le transférer. Rien ne marchait. Même avec le ventilateur, il partait (mourrait) et revenait sans cesse.

Vers 9 heures du matin, toute la famille et des amis proches étaient présents. Le médecin nous a emmenés dans une pièce isolée et nous a dit que Bear restait sans oxygène dans son cerveau pendant trop longtemps et qu'il ne pourrait jamais avoir une vie normale. Nous le perdions encore et encore à ce stade aussi.

Nous avons dû prendre la décision la plus difficile qui soit. Nous avons décidé de l'enlever de la machine et de le tenir pendant qu'il prenait son dernier souffle. À 10h13, il a été déclaré mort.

Les mois suivants, et toujours à ce jour, sont parfois insupportables. Parfois, c’est comme si vous pensiez finir par vous réveiller de ce cauchemar qui est en réalité votre vie.

J’ai eu deux enfants depuis: une fille (2016) et un garçon (2018). Ni sont vaccinés et les deux sont en très bonne santé.

Questions / Réponses avec Anne:

Q: Lorsque vous avez mentionné les jours qui ont précédé son bilan de deux mois, vous avez eu l’impression que vous ne vouliez pas le faire vacciner. C’était un instinct / une intuition maternelle? Ou avez-vous lu quelque chose ou parlé à quelqu'un qui a causé l'hésitation? Qu'est-ce qui vous a fait sentir que vous ne vouliez pas le faire vacciner?

Anne: l'instinct c'est certain. Je n’avais rien vu ni parlé à qui que ce soit qui aurait provoqué ce sentiment. C'était juste sorti de nulle part. Honnêtement, je n'ai aucune idée de ce qui a provoqué ce sentiment. J'ai commencé à poser des questions et tout le monde a dit que ça irait.

Q: Lorsque vous avez communiqué vos inquiétudes relatives au vaccin à votre médecin traitant de Bear, est-ce qu’il vous a donné son consentement éclairé et expliqué les risques (y compris le décès), les avantages, et fourni soit une notice, soit une fiche d’information sur le vaccin?

Anne: Non, ils ne l'ont pas fait. Je ne l’aurais pas fait s’ils l’auraient fait. Ils m'ont donné une feuille qui disait pourquoi je devrais le faire, mais rien sur ce que pourraient être les effets secondaires. Juste la note "donner Tylenol pour la fièvre."

Q: À peu près à quelle heure de la journée son médecin a-t-il pris rendez-vous pour ses vaccins de 2 mois?

Anne: 13h30, je crois.

Q: Vous avez déclaré dans votre récit qu’aucune fièvre n’était présente, mais y a-t-il eu d’autres symptômes ou d’autres réactions indésirables dûs au vaccin? (En plus d'être gonflé, manque de vigilance et des yeux vitrés)?

Anne: Oui, il a pleuré. Beaucoup. Il n'avait presque jamais pleuré auparavant. C'était un bébé très heureux, surtout quand vous le preniez.

Q: Les médecins / infirmiers ont-ils reconnu que c’était les vaccins qui avaient contribué et / ou causé la mort de celui-ci? Le pédiatre de votre fils a-t-il été informé et quelle a été sa réaction?

Anne: Absolument pas. "Coïncidence" était le mot utilisé. Le pédiatre a été informé. Nous vivons dans une petite ville. Dit que c'était une "coïncidence".

Q: Une autopsie a-t-elle été faite? Si oui, quels étaient les résultats? Ont-ils fait des analyses de sang toxicologiques? Sinon, quelle est la cause du décès?

Anne: Oui, ils ne nous ont pas donné de réponses pendant quatre mois. Ils n'ont jamais fait de tests de toxicologie. "SMSN" (Syndrome de Mort Subite du Nourrisson - NDLR) est le verdict qu'ils ont décidé. Quand j'ai insisté pour obtenir plus de réponses, ils ont répondu qu'ils n'en avaient pas.

Q: Un procès a-t-il été intenté? Le médecin a-t-il déposé un rapport VAERS? Ou tout autre type de rapport?

Anne: Non, rien.

Q: Vous avez brièvement mentionné que vous avez réagi au vaccin contre le VPH. Avez-vous eu d'autres symptômes ou réactions indésirables au-delà des kystes ovariens?

Anne: Je suis restée au lit pendant une journée et je me suis sentie très malade. Les crampes causées par les kystes étaient affreuses.

Q: Le décès de votre fils après les vaccins vous a probablement amené à ne pas vacciner les deux autres, mais je tiens à vérifier si vous aviez une autre raison.

Anne: C'est pour ça que j'ai commencé à ne pas vacciner. Mais je savais que je devais creuser plus profondément et faire des recherches plus approfondies afin d'avoir des raisons autres que les raisons évidentes de ne pas vacciner. La découverte de cellules foetales avortées dans les vaccinations a contribué pour beaucoup. L'autre facteur était la quantité insensée d'aluminium dans les vaccins.

Q: Quand avez-vous commencé à étudier et à approfondir la recherche sur les vaccins? Quelles ressources ou informations avez-vous recherchées et découvertes?

Anne: Quand j'ai commencé à parler d'avoir d'autres enfants, je savais que je ne pourrais jamais les vacciner. Je devais découvrir comment cela affecterait la vie de tous les jours. Si les vaccinations étaient toujours autorisées dans les écoles publiques? Quel médecin pourrions-nous utiliser pour ne pas avoir à vacciner, etc.? J'ai commencé à regarder les notices de mise en garde dont je n'avais jamais entendu parler auparavant. J'ai commencé à chercher d'autres personnes ayant des histoires similaires. J’ai trouvé plusieurs mères et pères qui pensaient que la mort de leur enfant était due à leur récent vaccin, mais leur décès a également été qualifié de SMSN (Syndrome de Mort Subite du Nourrisson). J'ai trouvé d'autres parents dont les enfants avaient été blessés par les vaccins. Cela me rend tout simplement malade… Ils n’ont jamais fait de vraie recherche pour pouvoir dire que ces doses d’aluminium sont sans danger. La source pour cela est le livre du Dr. Sears, "The Vaccine Book". Son livre a été le premier que j'ai lu.

Q: Comment s'est passée la vie depuis la perte de Bear?

Anne: Ne pas l'avoir, c'est toujours dur tous les jours.

Q: Aviez-vous un réseau de soutien d'amis / famille après le décès de Bear? Êtes-vous en contact avec d'autres parents qui ont perdu leur enfant à cause des vaccins?

Anne: Oui, j'ai une famille très bienveillante et oui, j'ai tellement d'amis sur Facebook dont les histoires sont identiques aux miennes.

Q: D'après votre expérience, quels conseils ou recommandations donneriez-vous aux nouveaux parents? Médecins?

Anne: Faites des recherches, faites des recherches, et suivez votre propre instinct. Votre médecin n’est pas celui qui perd son enfant si cela vous arrive. Le risque n'est pas un sur un million comme on vous le dit.

De nombreux médecins s'empressent d'écarter les décès de nourrissons à la suite de vaccins comme des «coïncidences» et prétendent que ce sont des «SMSN» tet n'écoutent jamais les parents, ne reconnaissent pas les faits, ne font pas les liens, n'entreprennent pas les des études plus profondes ou ne font pas de tests toxicologiques plus approfondis. Leur endoctrinement les aveugle jusqu'à l'ignorance. L’industrie médicale dans son ensemble manque de compétence et de conscience pour accepter que des bébés en bonne santé meurent après les vaccins et à cause des vaccins. ET CES DÉCÈS NE SONT PAS RARES.

Si leur réponse habituelle est toujours "SMSN", alors peut-être est-il temps pour eux de poser des questions différentes?! Nous devons arrêter la machine à déni, defaire leur modèle d'endoctrinement, afin qu'ils puissent peut-être recouvrer leur capacité à voir la vérité sans être assombris par leur scientisme. Pourquoi n'admettent-ils pas qu'il n'y a aucune étude d'innocuité de menée sur la quantité insensée de vaccins si l'on respecte le calendrier vaccinal «recommandé» pour l'enfant ou en association?

Après la première mort infantile d'un vaccin, sans parler de tous les nourrissons qui continuent à mourir après avoir reçu huit vaccins, les vaccins auraient dû être rappelés et le «calendrier de vaccination recommandé» aurait dû être arrêté, ou au moins révisé ou réduit jusqu'à ce que l'enquête soit effectuée. Ce serait la chose la plus humaine à faire, non? Cependant, lorsque les fabricants de vaccins ne sont pas tenus responsables ni les médecins qui poussent les vaccins, rien ne les incite à améliorer le système et à sauver les bébés.

Espérons que l’histoire de Bear puisse sensibiliser les gens, et qu'elle démontre la dure réalité et perturbe et brise le système avec cet autre exemple flagrant démontrant que les vaccins peuvent causer des blessures, des invalidités et même la mort.

~ À la mémoire de Berit Calvin Warren McAbee (29 janvier - 28 mars 2015) ~ »

*******

Partagez cette information et sauvez des vies.

À la vôtre.

 

 

Référence:

https://www.stopmandatoryvaccination.com/parent/vaccine-injury/healthy-infant-dies-of-sids-within-48-hours-of-8-vaccines

- Ghislain Martel  (+)


Aucun témoignage trouvé pour cet article

Avis important !

Advitae ne prétend pas faire le diagnostic des maladies ni ne promet ni ne garantis une meilleure santé par l'application des informations contenues sur ce site. Pour soigner un problème sérieux de santé, veuillez consulter votre médecin (nutritionniste de préférence) ou un praticien de médecine alternative reconnu. Je conseille d'avoir recours à un(e) nutritionniste ou un(e) nutrithérapeute pour toute question pointue concernant votre nutrition ou si vous prenez des médicaments.