Infolettre Advitae
Abonnez-vous gratuitement
à l'infolettre Advitae
Recevrez les dernières parutions
et des dossiers chocs sur la santé en primeur
3350
>>
 
Médecine et société
image publicite

CoVid-19: Données biaisées, tests invalides: des scientifiques peu scrupuleux et intéressés font monter les enchères et l'hystérie


CoVid-19: Données biaisées, tests invalides: des scientifiques peu scrupuleux et intéressés font monter les enchères et l'hystérie

par Ghislain Martel* 

(Tiré et traduit d'une video du Dr Wolfgang Wodarg, pneumologue, spécialiste des maladies infectieuses)

J'aimerais parler de l'épidémie de coronavirus que nous observons actuellement. Encore une fois, je pense que ce battage médiatique va se terminer en queue de poisson, mais il a tellement augmenté, que nous devons enfin commencer à regarder de plus près. Je travaille comme médecin et j'ai dirigé un service de santé. J'avais ma propre sentinelle, mon propre système de surveillance des maladies grippales. Chaque année, j'ai observé combien de personnes tombent malades dans une zone de 150000 habitants.

Chaque nouvelle année - dans le monde entier - nous avons de nouveaux types de virus, car les virus doivent changer souvent. Si les virus venaient de réapparaître l'année suivante tels quels, notre système immunitaire les reconnaîtrait, de sorte qu'ils ne pourraient pas nous rendre malades et se multiplier - c'est ce qu'ils veulent (se multiplier - NDLR). Ils doivent donc régulièrement muter un peu et c'est pourquoi nous avons des variantes de ces virus chaque année.

Il existe environ 100 types de virus différents qui changent constamment. Jusqu'à présent, nous ne nous soucions pas vraiment du virus particulier à l'origine de la grippe saisonnière ... ou de cette maladie, ou comme vous voulez l'appeler.


"Le battage médiatique autour du coronavirus n'est basé sur aucun danger extraordinaire pour la santé publique. Cependant, cela cause des dommages considérables à notre liberté et à nos droits personnels avec des mesures et des restrictions de mise en quarantaine frivoles et injustifiées.

L'évaluation épidémiologique fondée sur des preuves est en train de se noyer dans le courant des semeurs de peur dans les laboratoires, les médias et les ministères."


Le coronavirus existe et se manifeste à toutes les années parmi les autres infections grippales.

Il y a eu des enquêtes sur plusieurs années à Glascow (sur les virus de la grippe - NDRL). Là, ils ont essayé d'utiliser les tests disponibles - cela signifie qu'ils n'ont pas examiné les 100 types, mais seulement ceux pour lesquels ils avaient des tests. Ils ont donc examiné peut-être 8 ou 10 virus différents et les CORONAVIRUS en ont TOUJOURS fait partie.

(Graphique de l'étude de Glascow (fig.1)).

De 2005 à 20013, ils ont vérifié quels virus se manifestent parmi les maladies respiratoires. Toutes ces colonnes colorées sont les virus. Les parties vert clair font référence au coronavirus qui était toujours présent dans l'échantillonage.

Les coronavirus représentent normalement 7% à 15%, peut-être 5% à 14% de toutes les maladies respiratoires aiguës. NORMALEMENT 7% À 15% DES VIRUS SONT DES CORONAVIRUS.

Ça fluctue toujours un peu. Par conséquent, il est tout à fait normal qu'une grande partie des virus soient des coronavirus.

La panique indue issue d'une transposition biaisée et incomplète de données virales

Donc, ce qui suit se produit:

À Wuhan, se situe le plus grand laboratoire de sécurité pour les virus de toute la Chine. Il y a donc beaucoup d'experts sur le sujet, qui s'en occupent à longueur de journée. Wuhan est une grande ville, 11 millions d'habitants, de grands hôpitaux, de grandes unités de soins intensifs. Toujours les gens sont bien ventilés, des personnes atteintes de pneumonie ... des centaines d'entre elles. Ils ont fait des tests avec quelques patients, moins de 50. Ils ont recherché les virus et examiné leur ARN en laboratoire, et ils ont trouvé un nouveau type. Cela a attiré leur attention.

Un nouveau type de coronavirus a suffit pour engendrer une panique mondiale sans un test valide.

Lorsqu'un virologue trouve quelque chose comme ça, il l'inscrit dans une base de données mondiale, et cette base de données est accessible aux scientifiques du monde entier, à Berlin par exemple. À Berlin, ils ont vérifié et comparé cette nouvelle entrée et ont essayé de créer un test pour mesurer cette nouvelle variante du coronavirus. Ensuite, M. Drosten a soumis un protocole à l'OMS, et il a été accepté très rapidement (par l'OMS -NDLR). Habituellement, comme le test est considéré comme un "produit médical", il doit être validé. Cela signifie qu'il doit être testé très précisément.



"L'erreur est commise dans le monde entier pour siganler les décès liés au virus dès qu'il est établi que le virus était présent au moment du décès. Cela viole un principe de base de l'infectiologie: ce n'est que lorsqu'il est certain qu'un agent a joué un rôle important dans la maladie ou la mort qu'un diagnostic peut être posé. [...] À l'heure actuelle, il n'existe aucune information officielle sur la question de savoir si, du moins rétrspectivement, des analyses plus critiques des dossiers médicaux ont été entreprises pour déterminer le nombre de décès réellement causés par le virus."

- Dr Sucharit Bhakdi, microbiologiste, épidémiologiste, Université Johannes Gutemberg de Mayence.


Un test valide devrait devrait passer par certaines interrogations :

Que dit réellement ce test, que mesure-t-il? Le test mentionné est un test interne développé à la Charity-clinic (clinique de charité - NDLR). Mais, comme il n'y avait pas de tests validés et que la grande panique s'est emparé du monde, il a été décidé de simplement utiliser ce test partout, malgré tout. Et puis, M. Drosten a [donc] fourni le test. Bien sûr, le virologue ne peut pas dire si le virus est dangereux ou non. Il ne peut que dire: "celui-ci est différent" ou "nous avons un test pour cela" ...

Mais le virus est-il dangereux, M. Drosten? Eh bien, comment est-il censé savoir? Il aurait besoin de données épidémiologiques supplémentaires sur la base d'observations sur l'état des malades. À quelle vitesse retrouvent-ils leur santé? Y a-t-il moins de victimes qu'auparavant? C'est pourquoi il est important de regarder les données des années précédentes pour les comparer. Nous devons examiner le taux de mortalité pour voir combien de personnes sont mortes du virus.



"Aux États-Unis, vous êtes considéré comme victime de la pandémie si vous mourrez alors que votre test de dépistage du virus est positif, même si quelque chose d'autre cause votre mort." - Dre Déborah Birx, équipe de travail sur le coronavirus, USA


Des données exacerbées par de mesures mal ciblées conduisent à des prédictions extravagantes.

Ainsi, tout en regardant un virus spécifique, par exemple le coronavirus, vous pouvez examiner la population totale. Ce que vous constaterez, c'est qu'environ 8% à 10% de la population AURA UN TYPE DE VIRUS qui les rendra malades.

Si vous faits vos tests dans les cliniques médicales, vous faites vos tests là-bas, pour déterminer qui est malade, alors bien sûr, vous trouverez beaucoup plus de cas positifs. Ensuite, si vous faites les tests dans les hôpitaux et y prenez des échantillons, vous trouverez encore plus de personnes infectées par la coronavirus. C'est donc dire, que selon les protions de la population que vous examinez - que ce soit l'ensemble de la population, les patients d'une salle d'attente, les personnes dans une clinique ou lorsque vous examinez des patients très malades dans l'unité de soins intensifs [d'un hopital - NDLR) qui sont sur le point de mourir - vous trouverez probablement ces coronavirus de 7% à 15% chaque fois que vous effectuez le test.



"Nous obtenons un nombre très grossier de cas et de décès, très peu d'informations sur les taux de dépistage, l'analyse contagieuse, le taux de gravité, qui est hospitalisé, qui est aux soins intensifs, qui meurt, quelles sont les définitions pour décider si quelqu'un est décédé des coronavirus ou vient de mourir AVEC le coronavirus." - Dr Joel Kettner


Cependant, [lorsque vous regarder] pour savoir s'ils meurent du coronavirus ou d'autres maladies tout en ayant également un coronavirus, cela ne peut pas être déterminé avec certitude. Donc, quand vous regardez les taux de mortalité en Italie, vous voulez savoir où les tests ont été effectués. Où et comment ces quelques tests disponibles ont-ils été effectués? S'ils ont été effectués dans un hôpital sur des cas sérieux ou en phase terminale, le taux de mortalité corona augmente évidemment. Tout simplement parce que le groupe est sur-représenté, à cause du groupe spécifique où les tests ont été compilés.

Mortalité spécifique à une maladie. Qu'est-ce qui est considéré? Le virus ou tout autre maladie concurente?

Les résultats indiquent des erreurs systémiques (biais) dans la collecte des données ou dans les mesures.

La mortalité, mortalité spécifique à une maladie, fait référence au pourcentage de morts parmi les personnes infectées par cette maladie. Concernant la maladie respiratoire aiguë saisonnière - communément appelée grippe - il y a un taux de mortalité de 0,1%, ce qui est déjà le maximum. Cela signifie qu'un habitant sur mille infecté par la grippe décède chaque hiver.

Alors maintenant, nous devrons voir si ce nombre a augmenté à cause des coronavirus. L'hypothèse pour l'Allemagne est qu'il y aurait 20000 ou 30000 décès de plus qu'avec la grippe. C'est ce qu'on appelle la surmortalité.

(Causes des maladies pseudo-grippales (fig.3). Maison de retraite: normalement 7% à 15% des coronavirus.)

Alors maintenant, nous savons que les coronavirus représentent toujours 5% à 14% de tous les virus de la grippe, disons 10%. Supposons qu'au cours des années précédentes, nous avons testé tous les patients gravement malades à l'hôpital sur un coronavirus - ce qui, bien sûr, n'a pas été fait -, nous nous attenderions à ce que 2000 à 3000 personnes meurent chaque année d'une grippe, également atteintes d'un coronavirus. Nous sommes encore loin de ces chiffres [avec la pandémie actuelle - NDLR].

Apparemment, il semble bien que les virologues ont créé quelque chose de très sensationnel ici, et avec leur création, ils ont également impressionné le gouvernement chinois. Le gouvernement chinois en a fait quelque chose de très gros, tout à coup, c'est devenu très important politiquement - dépassant complètement le cadre virologique. [souligné par la rédaction]

Soudain, la reconnaissance faciale a été activée partout dans les aéroports. Le niveau de fièvre était mesuré. Le thermomètre clinique se mit à contrôler la circulation dans les rues chinoises. Tout cela était si important que cela a entraîné des conséquences internationales. Les politiciens devaient désormais y faire face,  et devaient prendre position. Puis les virologues sont revenus à la charge. Même, les gouvernements ont demandé à leurs propres virologues et ces derniers ont bien sûr confirmé que ce virus est une vraie préoccupation. Ce derniers ont proposé de développer des tests pour aider à mesurer le virus comme en Chine. Quelque chose de gros s'est [donc] tissé autour de ça.



"Des décisions politiques sont prises sur chiffres alors qu'ils sont complètment faux. Comment je le sais? Parce que cela fait 30 ans que je produit des certificats de décès. [...] Beaucoup, si ce n'est la plupart des patients, suffisamment malades pour être hospitalisés, seront déclarés Covid-19. Attention, s'il-vous-plaît, soyez attentifs et comprenez ce que je vais dire. L'hypothèse de décès par Covid-19 pourrait être  faite même sans que le patient soit testé. [...] Le nombre réel de patients morts du Covid19 est falsifié. Vous pouvez être sûrs qu'il est beaucoup plus bas que ce qu'on nous dit. [...] Sur la base de données inexactes et incomplètes, les gens sont terrorisés par des marchands de peur qui les poussent à renoncer à leurs libertés."  - Dre Annie Bubacek


Un réseau d'informations et d'opinions a été développé dans certains groupes d'experts. Les politiciens se sont tournés vers ces mêmes groupes d'experts, qui avaient fait éclater tout cela. Et ils ont vraiment absorbé ce réseau, s'y sont renforcés.

Cela a conduit les politiciens à s'en remettre maintenant sur ces arguments, tout en utilisant ces arguments pour évaluer qui doit être aidé, pour déterminer les mesures de sécurité ou ce qui doit être autorisé. Toutes ces décisions oint été dérivées de ces arguments. Cela signifie que maintenant il va être très difficile pour les critiques de dire "arrêtez. Il ne se passe rien d'inquiétant, là."



"Apparemment, il semble bien que les virologues ont créé quelque chose de très sensationnel ici, et avec leur création, ils ont également impressionné le gouvernement chinois. Le gouvernement chinois en a fait quelque chose de très gros, tout à coup, c'est devenu très important politiquement - dépassant complètement le cadre virologique."


Le roi est tout nu

Cela me rappelle ce conte de fées autour du roi sans vêtements. C'est l'histoire où juste un petit enfant a pu crier "Hé, il est tout nu!" et engendrer tout une frénésie. Tous les autres dans la cour - entourant le gouvernement et demandant des conseils au gouvernement, parce qu'ils ne comprennent pas - ils ont tous ainsi joué le jeu et rejoint le battage médiatique excessif.

Et c'est comme cela que les politiciens sont courtisés par de nombreux scientifiques. Les scientifiques qui veulent être importants en politique parce qu'ils ont besoin d'argent pour leurs institutions. Des scientifiques qui nagent dans cette hystérie collective et qui veulent aussi leur part ... "Nous pouvons aussi aider!", "Nous avons une application!", "Nous avons un programme pour cela! "....

Tant de gens disent "Hé, nous voulons aussi aider!", Parce qu'ils veulent gagner de l'argent avec cela et devenir importants.

Ce qui manque en ce moment, c'est une manière rationnelle de voir les choses. Nous devrions poser des questions comme "comment avez-vous découvert que le virus est dangereux?" "Comment c'était avant?" "N'avions-nous pas eu la même chose l'année dernière?" "Est-ce même quelque chose de nouveau?"

Tout cela manque dans la situation actuelle... et le roi est sans vêtements.

- Dr Wolgang Wodarg, Pneumoloque allemagne

(Vidéo complète ci-dessous - allemand, sous-titrée en anglais)




 

(Autre video produite par KLA.TV à partir des données du Dr Wodarg. - En francais)




 

 

References:

https://www.youtube.com/watch?v=p_AyuhbnPOI

https://www.youtube.com/watch?v=1PQBf900Wh0

- Ghislain Martel  (+)


Aucun témoignage trouvé pour cet article

Avis important !

Advitae ne prétend pas faire le diagnostic des maladies ni ne promet ni ne garantis une meilleure santé par l'application des informations contenues sur ce site. Pour soigner un problème sérieux de santé, veuillez consulter votre médecin (nutritionniste de préférence) ou un praticien de médecine alternative reconnu. Je conseille d'avoir recours à un(e) nutritionniste ou un(e) nutrithérapeute pour toute question pointue concernant votre nutrition ou si vous prenez des médicaments.