Infolettre Advitae
Abonnez-vous gratuitement
à l'infolettre Advitae
Recevrez les dernières parutions
et des dossiers chocs sur la santé en primeur
5996
>>
 
Médecine et société
image publicite

Les mensonges de la vaccination, la grippe espagnole et certains crimes contre l'humanité vont de pair


Les mensonges de la vaccination, la grippe espagnole et certains crimes contre l'humanité vont de pair

par Ghislain Martel* 

LA VERITE REVELEE SUR LA GRIPPE ESPAGNOLE DE 1917- il s’agissait en fait d’une pneumonie bactérienne


Lorsque les États-Unis entrèrent dans la Première Guerre mondiale en avril 1917, l’industrie pharmaceutique naissante disposait de quelque chose qu’elle n’avait jamais eu auparavant : une grande quantité de sujets humains. Pendant les années de guerre de 1918 à 1919, l’armée américaine a atteint 6 millions d’hommes, dont 2 millions ont été envoyés outre-mer. Le Rockefeller Institute for Medical Research a profité de ce nouveau pool de cobayes humains pour mener des expériences sur les vaccins.

En janvier 1918, des vaccins ont été administrés aux soldats à Fort. Riley, Kansas. Peu de temps après, le vaccin a été offert par le chirurgien de la division au camp dans son ensemble. Le vaccin utilisé a été fabriqué dans le laboratoire du Rockefeller Institute. Entre le 21 janvier et le 4 juin 1918, le Dr Frederick L. Gates a rapporté une expérience au cours de laquelle des soldats ont reçu trois doses d’un vaccin contre la méningite bactérienne . Les vaccins étaient des doses de spitball d’un sérum vaccinal dérivé de chevaux.

 


 

Les détails sont disponibles dans un rapport du Dr Gates : « Antimeningitis Vaccination and Observation on Agglutinins in the Blood of Chronic Meningococcus Carriers ».

Gates a écrit que les hommes participant à l’expérience présentaient des symptômes pseudo-grippaux, notamment de la toux, des vomissements et de la diarrhée, après avoir reçu le vaccin. Ces symptômes sont un désastre pour les hommes vivant dans des casernes, voyageant en train vers la côte atlantique, naviguant vers l’Europe et vivant et combattant dans des tranchées.

Puis, peu de temps avant le petit-déjeuner du lundi 11 mars, survint le début de la première vague de la soi-disant grippe de 1918. À midi, le chirurgien du camp Edward R. Schreiner avait plus de 100 hommes malades sur les bras, tous apparemment « souffrant de la même maladie ».

Extrait du rapport du Dr Gates :



Réactions… Plusieurs cas de relâchement des intestins ou de diarrhée passagère ont été notés. Ce symptôme n’avait jamais été rencontré auparavant. Une enquête minutieuse dans des cas individuels a souvent permis d’obtenir l’information selon laquelle les hommes qui se plaignaient des effets de la vaccination souffraient d’un léger coryza, d’une bronchite, etc., au moment de l’injection.

Parfois, la réaction a été déclenchée par un frisson ou une sensation de froid, et un certain nombre d’hommes se sont plaints de fièvre ou de sensations fébriles au cours de la nuit suivante.

Viennent ensuite les nausées (parfois des vomissements), les étourdissements et les « maux et douleurs » généraux dans les articulations et les muscles, qui, dans quelques cas, étaient particulièrement localisés dans le cou ou la région lombaire, provoquant une raideur de la nuque ou du dos. Quelques injections ont été suivies de diarrhée.

Les réactions ont donc parfois simulé l’apparition d’une méningite épidémique et plusieurs hommes vaccinés ont été envoyés comme suspects à l’hôpital de la base pour diagnostic.


Selon Gates, ils ont injecté des doses aléatoires d’un vaccin expérimental contre la méningite bactérienne à des soldats. Par la suite, certains des soldats ont présenté des symptômes caractérisés comme une méningite « simulée », mais le Dr Gates avance l’affirmation fantastique qu’il ne s’agissait pas d’une véritable méningite.

En 1918, « grippe » ou grippe était un terme fourre-tout pour une maladie d’origine inconnue. Le terme de mauvaise orientation « grippe espagnole » n’a jamais été corrigé. Whodathunk? Cela a aidé à dissimuler l’origine de la pandémie. S’il y avait une vraie justice dans ce monde, cela s’appellerait la « pandémie de Rockefeller ».

Par un étrange coinkydink, même la technologie moderne n’a pas été en mesure d’identifier la souche de grippe tueuse de cette pandémie. La « grippe espagnole » a attaqué des personnes en bonne santé dans la fleur de l’âge. La pneumonie bactérienne attaque les personnes dans la force de l’âge. La grippe attaque les jeunes, les vieux et les immunodéprimés.

En réalité, la pneumonie bactérienne était le véritable tueur – et des milliers d’autopsies confirment ce fait.

Les chercheurs ont examiné plus de 9 000 autopsies et « il n’y a eu aucun résultat de culture pulmonaire (bactérienne) négatif ».

Selon un article de l’Institut national de la santé de 2008, la pneumonie bactérienne était la cause de la mort dans au moins 92,7% des autopsies de ceux qui sont morts de la soi-disant « grippe espagnole » entre 1918 et 1919.  

Ainsi, un sérum expérimental anti-méningoccique dérivé de chevaux a été injecté à des soldats qui allaient entrer dans les conditions de vie exiguës et insalubres de la guerre. Qu’est ce qui pourrait aller mal?

L’Institut a déclaré avoir distribué le sérum bactérien en Angleterre, en France, en Belgique, en Italie et dans d’autres pays pendant la Première Guerre mondiale. En fin de compte, ces charlatans du Rockefeller Institute ont tué 50 à 100 millions de personnes via des infections pulmonaires bactériennes de 1918 à 1919.

Un article de 2008 sur le site Web des Centers for Disease Control des États-Unis décrit comment des soldats malades de la Première Guerre mondiale pourraient transmettre la bactérie à d’autres en devenant des « adultes des nuages ».



« Enfin, pendant de brèves périodes et à des degrés divers, les hôtes affectés sont devenus des « adultes des nuages »  qui ont augmenté l’aérosolisation des souches colonisatrices de bactéries , en particulier les pneumocoques , les streptocoques hémolytiques, H. influenzae et S. aureus.


Le Dr Carol Byerly décrit comment la « grippe » s’est propagée comme une traînée de poudre dans l’armée américaine. (Remplacez « bactéries » par « influenza » ou « virus » du Dr Byerly :



Quatorze des plus grands camps d’entraînement avaient signalé des épidémies de grippe en mars, avril ou mai, et les troupes infectées récupérées transportaient le virus avec elles à bord de navires vers la France. Lorsque les soldats dans les tranchées tombaient malades, les militaires les évacuaient des lignes de front et les remplaçaient par des hommes en bonne santé. Ce processus mettait continuellement le virus en contact avec de nouveaux hôtes, de jeunes soldats en bonne santé dans lesquels il pouvait s’adapter, se reproduire et devenir extrêmement virulent sans risque de s’épuiser.


L’abus d’aspirine a également contribué à la mortalité élevée de cette épidémie de pneumonie.

Source : https://www.winterwatch.net/2021/06/the-truth-revealed-about-the-deadly-1918-spanish-flu-it-was-actually-bacterial-pneumonia/

Le grand-père de Bill Gates, le Dr Frederick L. Gates a participé à l’expérience Rockefeller sur la méningite bactérienne JAB qui a tué 100 millions de personnes en 1918 – 1920. Ce n’était pas la grippe espagnole… c’était un PLAN expérimental de méningite bactérienne ! ??

 

Références:

https://ondevraitenparler.wordpress.com/2021/09/02/la-verite-revelee-sur-la-grippe-espagnole-de-1917-il-sagissait-en-fait-dune-pneumonie-bacterienne


 

- Ghislain Martel  (+)




Aucun témoignage trouvé pour cet article

Avis important !

Advitae ne prétend pas faire le diagnostic des maladies ni ne promet ni ne garantit une meilleure santé par l'application des informations contenues sur ce site. Pour soigner un problème sérieux de santé, veuillez consulter votre médecin (nutritionniste de préférence) ou un praticien de médecine alternative reconnu. Je conseille d'avoir recours à un(e) nutritionniste ou un(e) nutrithérapeute pour toute question pointue concernant votre nutrition ou si vous prenez des médicaments.