Infolettre Advitae
Abonnez-vous gratuitement
à l'infolettre Advitae
Recevrez les dernières parutions
et des dossiers chocs sur la santé en primeur
9857
>>
 
Médecine et société
image publicite

Alimentation équilibrée ou drogues psychiatriques?

Articles-sante > 2.Medecine-et-societe > Alimentation-equilibree-ou-drogues-psychiatriques.3.htm


Alimentation équilibrée ou drogues psychiatriques?

par Ghislain Martel* 

Alimentation équilibrée ou drogues psychiâtriques?Nos enfants sont-ils rendus tous fous?

"Troubles du déficit de l'attention", "hyperactivité", "difficultés d'apprentissage", ne sont que quelques uns des termes définis par la psychiatrie comme autant de nouvelles "maladies mentales" ou autres troubles de comportement.

S'il est vrai que le rendement scolaire de nos élèves montre des fluctuations depuis quelques décennies, peut-on réellement invoquer la maladie ou de dérèglements de la chimie du cerveau comme causes de ces incapacités? Et bien, jusqu'à maintenant, on peut affirmer qu'il n'est pas permi détablir un quelconque lien entre une pathologie neurologique et la plupart des troubles du comportement.

Et alors, si tel n'est pas le cas et qu'aucune pathologie n'existe pour expliquer ces "divergences", quelles en sont les causes réelles? Ce pourrait-il que ces "symptômes de société" soient d'origine autre que des défaillances génétiques ou biochimiques nécessitant une médication corrective?

On ne cesse d'inventer de nouvelles pathologies mentales infantiles sans en démontrer par ailleurs leur relation à une quelconque modification physiologique.


La nutrition comme régulateur des fonctions mentales


Plusieurs chercheurs dont les nutritionistes Adèle Davis et Catherine Kousmine apportent un début de solution, surement aussi valable que la médication systématique des enfants qui éprouvent certaines difficultés à l'école. Nombres d'études ont déjà démontré que le déséquilibre en vitamines et en minéraux induit, en corrélation avec un métabolisme insuffisant, des troubles psychologiques et de comportement tels que l'anxiété, les difficultés de concentration, l'hyperactivité voire la schizophrénie et la psychose!

Avec ces données, ne serait-il pas sage de rechercher des solutions dans l'adéquation des apports nutritionels avant même de procéder à des médications agressives? De plus en plus de résultats de recherches, dont celles du Dr. Carl Pfeiffer, tendent vers cette hypothèse. Il semble que le Dr. Pfeiffer soigne ses patients presqu'uniquement avec des nutriments essentiels (voir nutrithérapie ou médecine orthomoléculaire) et obtient des résultats plus que remarquables dans la grande majorité des cas. Les troubles traités vont de la psychose à la schizophrénie, et indiquent que les "troubles de déficit de l'attention", l'hyperactivité" et autres "maladies" infantiles de diagnostic douteux, pourraient l'être tout aussi bien! Elles trouveraient toutes ou presque toutes une solution efficace dans une supplémentation vitaminique et minérale.



Parlant de la schizophrénie, ce médecin affirme:


"Dans cette maladie, le métabolisme de l'histamine, neurotransmetteur essentiel, est perturbé, ce qui entraine un état permanent d'hypertension nerveuse. Le taux de cette substance dans le sang est tantôt très bas, ce qui correspond chez le malade à l'apparition d'hallucinations et de délire de persécution, tantôt anormalement élevé, ce qui provoque des obsessions, des insomnies irréductibles et une tendance au suicide.*" - Dr. Carl Pfeiffer

Ce médecin a par ailleurs établi que ces perturbations du métabolisme de l'histamine s'accompagnent d'une élévation du taux de cuivre dans le sang, taux qui peut être aisément régularisé par un apport en zinc et en manganèse. Lorsque ce déséquilibre est compensé, les symptômes disparaissent comme par magie.



Apporter des solutions efficaces au mieux être des enfants 


Sachant cela, on devrait peut-être se demander: "pourquoi drogue-t-on les enfants qui sont soit un peu trop turbulents ou qui n'arrivent pas à se concentrer en classe?". De grâce faisont tout en notre pouvoir pour éviter de mettre induement des enfants sur des médications aux attributs incertains surtout lorsque cela risque d'hypothéquer leur santé! Comme le dit si bien le Dr. Kousmine:


"Espérons que ses travaux si intéressants (ceux du Dr. Pfeiffer) mettront fin à l'emploi en psychiatrie de tranquilisants à doses massives, incompatibles avec la vie normale"*. - Dre Catherine Kousmine

 

Références:

- Kousmine, Catherine, "Sauvez votre corps"

- Ghislain Martel  (+)


Aucun témoignage trouvé pour cet article

Avis important !

Advitae ne prétend pas faire le diagnostic des maladies ni ne promet ni ne garantie une meilleure santé par l'application des informations contenues sur ce site. Pour soigner un problème sérieux de santé, veuillez consulter votre médecin (nutritionniste de préférence) ou un praticien de médecine alternative reconnu. Je conseille d'avoir recours à un(e) nutritionniste ou un(e) nutrithérapeute pour toute question pointue concernant votre nutrition ou si vous prenez des médicaments.