Infolettre Advitae
Abonnez-vous gratuitement
à l'infolettre Advitae
Recevrez les dernières parutions
et des dossiers chocs sur la santé en primeur
3505
>>
 
Médecine et société
image publicite

Vaccins méningite et papillomavirus VPH: décadence et hécatombe en seringue

Articles-sante > 2.Medecine-et-societe > Vaccins-meningite-et-papillomavirus-VPH-decadence-et-hecatombe-en-seringue.373.htm


Vaccins méningite et papillomavirus VPH: décadence et hécatombe en seringue

par Ghislain Martel* 

 

"Les gens qui se laissent abuser par le mensonge sont plus dangereux que ceux qui mentent ; et ceux qui se laissent corrompre sont plus misérables que les corrupteurs."  - Arthur Schnitzler

Vaccins Méningite et papillomavirus: décadence et hécatombe en seringue

Pour la première fois dans l'histoire de la vaccination, il semble que l'on ait identifié un des possibles mécanismes biologiques qui expliquerait certains effets secondaires sérieux du Gradasil® et possiblement du Meningitec®.

Selon une étude récente publiée en 2012 dans le journal "Pharmaceutical Regulatory Affairs", on explique qu'il y aurait une évidence que les composants viraux du vaccin Gardasil contre le papillomavirus, ou virus du papillome humain (VPH) peuvent traverser la barriere hémato-encéphalique et déclencher une inflammation du cerveau sous une forme de vascularité cérébrale qui peut mener à de grâves désordres immunitaires et même à la mort.

 




"Même sans être déclarés "défectueux", nous devrions être informés que les vaccins contre le méningite C (comme le Meningitec® et le Neisvac® ) seraient statistiquement largement plus risqués que la maladie naturelle, selon les chiffres officiels eux-mêmes. [...] 80 à 100 fois plus risqués pour les enfants que les risques de la maladie naturelle..."

L'autopsie de deux jeunes filles, l'une âgée de 19 ans et l'autre de 14 ans, habitants des endroits totalement éloignés l'un de l'autre et décédées immédiatement après avoir reçu le vaccin, a révélé à deux chercheurs de Vancouver que leur système nerveux avait été contaminé par des fragments d’antigènes HPV-16L1 utilisés dans les deux vaccins Gardasil et Cervarix.

D’après les auteurs de l’étude, le Dr Chris Shaw de l’Université de British Columbia (UBC) au Canada et le Dr Lucija Tomljenovic du Neural Dynamics Research Group de Vancouver, ces particules sont l’empreinte du vaccin Gardasil et prouvent sans l'ombre d'un doute qu’il est responsable d’effets neurologiques et autoimmuns graves sur certaines personnes qui le reçoivent. Aucune autre anomalie ni anatomiques, ni microbiologiques ni toxicologiques n'a été détectée qui aurait pu expliquer les décès.

Théoriquement, ces antigènes ne devraient pas traverser la barrière hémato-encéphalique, mais leurs travaux prouvent le contraire. Il est assez difficile de détecter ces particules dans le système nerveux, mais grâce à des appareils spécialisés, il les ont trouvées, ce qui a grandement surpris les chercheurs. Notons qu'ils ont également découvert une augmentation anormale des lymphocytes T.


« Notre étude suggère que les vaccins HPV qui contiennent l’antigène HPV-16L1 présentent un risque potentiel de déclencher des vasculopathies auto-immunes. »

Ces travaux révolutionnaires expliquent pour la première fois le grand nombre d'accidents constatés mais non expliqués causés par les vaccins. Notons aussi que le Gardasil est relié à 27 485 effets adverses graves et au moins à 121 décès! À vous de décider si cela vaut la peine de prendre le risque.

Les vasculopathies sont depuis très longtemps reliées aux sévères réactions aux vaccins et que le mimétisme moléculaire est utilisé dans ces cas est un mécanisme des vaccins capable de générer des maladies auto-immunes voire mortelles. Aussi, les recherches de Tomljenovic et Shaw sur les bases de données du VAERS révèlent de nombreux accidents liés à la vascularite et causés par le Gardasil. Ces vasculopathies se déclarent généralement dans les trois ou quatre mois suivant la vaccination, et cela, même si elles ne sont pas reconnues comme telles par les labos, mais sont plutôt appelées migraines persistantes, syncopes, crises d'épilepsie, tremblements, myalgies, anomalies locomotrices, symptômes psychotiques ou déficits cognitifs.


"En ce qui concerne le Gardasil, évidemment il s'agit d'une vaccination à proscrire absolument. C'est hyper-dangereux, elle n'a pas de raison d'être parce que de toute façon [...] personne n'a démontré que le virus entrainerait le cancer du col. [...] Ce dont on est certain c'est que c'est hyper-toxique, qu'il y a des morts dans tous les pays du monde, qu'il y a des handicapés dans tous les pays du monde, des jeunes filles qui sont paralysées, qui se retrouvent en fauteuil roulant. [...] c'est impératif, il faut absolument aviser tous les parents, et tous les enfants parce que la perversité du pouvoir actuel est de vouloir vacciner les enfants sans l'accord de leurs parents, dans les lycés et les collèges, y compris les garçons." - Nicole Delépine, cancérologue.

Ces vaccins contiennent de plus de l'aluminium, du plomb, de l'acier inoxydable et même du zirconium radioactif,  qui tous pénètrent dans le cerveau et peuvent y provoquer des troubles cognitifs, mnémoniques et de la personnalité, lorsqu'ils ne tuent pas.

(Ci-dessous les rouages du lobbying pharmaceutique et l'influence politique immense qu'ils ont et qui a mené à l'obligation du vaccin Gardasil dans plusieurs États. À voir absolument)





Pus de 40 000 cas de filles et de femmes gravement affectées après avoir reçu le vaccin anti-VPH (dont 232 morts, plus de 1300 qui sont restées handicapées et près de 8000 qui n’ont pas récupéré) *(4)

Addenda au sujet du Gardasil:

Selon des chercheuses de L'Université Concordia et de l'Université McGill dans un article paru dans LeDevoir, les recherches sur ce vaccin ont été négligées et précipitées. Des données importantes auraient été sciemment omises. De plus, les risques et les effets secondaires potentiels et nombreux associés aux vaccins ne sont pas clairement expliqués aux patients et aux parents.


"Les campagnes de vaccination actuelles sont telles que ni les jeunes ni les parents ne peuvent donner de consentement éclairé puisqu’ils ne sont pas mis au courant des véritables bénéfices (s’ils existent) et des effets indésirables possibles du vaccin Gardasil©, énumérés par la compagnie Merck Frosst elle-même : anémie hémolytique auto-immune, purpura, embolie pulmonaire, pancréatite, asthénie, maladies auto-immunes, réactions d’hypersensibilité, réactions anaphylactiques, bronchospasmes, urticaire, arthralgie, myalgie, thrombose veineuse, encéphalomyélite aiguë, vertiges, syndrome de Guillain-Barré, maladies des motoneurones, paralysie, convulsions, syncopes, pseudo-épilepsie, myélite, mort (souligné par la rédaction).


Il n’existe pas de recherche longitudinale fiable sur l’innocuité du vaccin anti-VPH, mais les effets secondaires graves semblent présents pour un pourcentage non négligeable de jeunes filles vaccinées (par exemple, au Japon, 3200 pour 100 000 filles/année). Des articles scientifiques et des rapports sur les dangers du vaccin sont apparus un peu partout dans le monde à la suite d’un nombre disproportionné de problèmes graves. Aux États-Unis, le système gouvernemental qui permet de rapporter les effets indésirables des vaccins (VAERS) a répertorié, en date de juillet 2015, plus de 40 000 cas de filles et de femmes gravement affectées après avoir reçu le vaccin anti-VPH (dont 232 morts, plus de 1300 qui sont restées handicapées et près de 8000 qui n’ont pas récupéré). Le Danemark a récemment ouvert cinq Centres régionaux d’évaluation des effets indésirables sérieux liés au vaccin anti-VPH (1200 jeunes filles se sont déjà inscrites), tandis qu’au Japon, en Israël et en Italie, la recommandation pour le vaccin anti-VPH a été retirée." [4]

Le marketing de ce vaccin aurait été effectué de manière frauduleuse pour en accélerer la mise en marché rapide. Santé Canada, fidèle à la tendance des agences américaines, a approuvé le vaccin avant même la fin des tests d'inocuité! Santé Canada serait-elle devenue une agence de relation publique pour les compagnies pharmaceutiques? On est en droit de se poser la question!


"L’approbation accélérée du Gardasil est le résultat du marketing frauduleux de la compagnie Merck Frosst qui a créé de toutes pièces un marché pour son vaccin, présenté comme étant « anticancer », en engendrant la peur d’une crise en santé publique." [4]


"Le vaccin Gardasil a reçu une approbation précipitée de Santé Canada puisqu’il a été approuvé avant que ne soient terminées les études sur l’innocuité et l’efficacité du vaccin." [4]

CONLUSION

On nous cache des faits, on modifie des données importantes et on achète les politiciens et les agences gouvernementales pour qu'ils promouvoient leurs campagnes de vaccination effrénées, tout ça, pour soutirer toujours plus d'argent au profit des compagnies multinationales pharmaceutiques et leurs sbires pseudo-scientifiques.

N'est-il pas temps d’arrêter ces sacrifices humains pour un bénéfice plus que douteux et d’admettre la dangerosité et l’inutilité de ces vaccins, sinon nous nous enfonçons dans la totale irresponsabilité qui deviendra criminalité, pour ceux qui savaient mais n'ont pas agit.

Gardasil: Seront nous tous un jour "gardés dans des asiles (garde-asile)? "

Addenda: Solution pour la détoxification des métaux lourds.

Maintenant, il existe peut-être une solution pour éviter le pire. En effet, il semble que seule la puissante technique Homéobiotique® de nettoyage vaccinal, mise au point par Emmanuel Guizzo, peut extirper les nano-particules vaccinales infiltrées dans le cerveau. Informez-vous!



Le mieux cependant est certes d'éviter d'en arriver là en évitant de se faire intoxiquer avec des produits délétères!

 

 

 

Références:

1) https://www.youtube.com/watch?v=75augXZJCHc

2) Les Dix plus gros mensonges sur les vaccins; Simon, Sylvie; éditions Dangles, 2005.

3) La Nouvelle dictature médico-scientifique; Simon, Sylvie; éditions Dangles, 2006.

4) http://www.ledevoir.com/societe/sante/451710/vaccination-contre-les-vph-appel-urgent-a-un-moratoire; Geneviève Rail, Luisa Molino et Abby Lippman - Chercheuses à l’Université Concordia et chercheuse et professeure émérite à l’Université McGill

 

- Ghislain Martel  (+)


Aucun témoignage trouvé pour cet article

Avis important !

Advitae ne prétend pas faire le diagnostic des maladies ni ne promet ni ne garantie une meilleure santé par l'application des informations contenues sur ce site. Pour soigner un problème sérieux de santé, veuillez consulter votre médecin (nutritionniste de préférence) ou un praticien de médecine alternative reconnu. Je conseille d'avoir recours à un(e) nutritionniste ou un(e) nutrithérapeute pour toute question pointue concernant votre nutrition ou si vous prenez des médicaments.