Infolettre Advitae
Abonnez-vous gratuitement
à l'infolettre Advitae
Recevrez les dernières parutions
et des dossiers chocs sur la santé en primeur
2413
>>
 
Médecine et société
image publicite

OMS: Le business de la santé mondiale ou le profit avant la santé


OMS: Le business de la santé mondiale ou le profit avant la santé

par Ghislain Martel* 

OMS: Le business de la santé mondiale ou le profit avant la santéFaire confiance à l'OMS: Le business de la santé mondiale.

(Tiré et traduit d'un article paru sur TrustWHO ("Faire confiance à l'OMS" - NDLR)  - 15 Dec 2018 10:05 GMT)

Enquêter sur les motifs cachés derrière les actions de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et les pouvoirs réels qui la contrôlent.

L'Organisation Mondiale de la Santé a été fondée en 1948 dans le but de bâtir un avenir plus sain "pour tous, partout".

Basée à Genève, en Suisse, l'OMS compte maintenant 7 000 employés, avec six bureaux régionaux et 150 bureaux de pays dans le monde, et plus de 194 États membres respectant les réglementations publiées par l'organisation conformément au système des Nations Unies.

Qu'il s'agisse des effets du tabagisme, de la pandémie de grippe porcine ou d'une catastrophe nucléaire, l'OMS est l'organisme sur lequel nous comptons pour conseiller et résoudre une crise de santé publique. Mais peut-on lui faire confiance? Comment l'OMS décide-t-elle de ses recommandations? Et à quel point sont-ils fiables?

Ils [les dirigeants de l'OMS] doivent dépendre des scientifiques. Et les scientifiques leur sont attribués par les pays et par les organisations qui financent l'OMS. Et beaucoup d'entre eux ont donné des conseils et pris des décisions qui ont profité à l'industrie pharmaceutique.

La confiance dans la capacité de l'OMS à traiter objectivement les problèmes de santé dans le monde n'est pas aussi forte qu'elle aurait pu l'être à ses débuts. Et les inquiétudes concernant les finances de l'organisation et l'influence des contributeurs indépendants circulent depuis les années 1950, lorsque, après des années d'inaction, la relation de l'OMS avec les principaux acteurs de l'industrie du tabac a été révélée.


Ils [les dirigeants de l'OMS] doivent dépendre des scientifiques. Et les scientifiques leur sont attribués par les pays et par les organisations qui financent l'OMS. Et beaucoup d'entre eux ont donné des conseils et pris des décisions qui ont profité à l'industrie pharmaceutique.


"L'industrie du tabac a fondé des instituts et a acheté des scientifiques qui allaeint représenter leur position et ils ont fait en sorte que leur propre nom n'apparaisse nulle part", explique l'ancien secrétaire à la Santé de la Suisse, Thomas Zeltner. "Donc, les organisations étaient nommées de sorte que vous ne vous pouviez pas croire qu'elles représentaient vraiment l'industrie du tabac."

Des consultatns de l'OMS qui travaillent au sein d'entreprises contreversées

Les scientifiques et autres personnalités importantes de ces instituts auraient souvent des liens avec les géants du tabac, et l'OMS, simultanément. Un exemple était un toxicologue qui a servi en tant que consultant pour l'OMS au cœur du mouvement du tabac, alors qu'il était salarié d'un institut financé par le fabricant multinational de tabac et de cigarettes Philip Morris.

Cependant, après la révélation de la relation polyamoureuse du toxicologue, il est toujours resté consultant auprès de l'OMS.

Depuis, il y a eu de nombreux cas où des relations apparemment non naturelles se sont nouées au sein d'instituts ayant un intérêt direct pour l'OMS; dont la plupart semblent se produire au plus fort des menaces présumées pour la santé mondiale.

L'un de ces liens était entre les sociétés pharmaceutiques telles que Glaxo et Novartis, les pays qui avaient signé des accords d'achat de vaccins contre la grippe porcine produits par les sociétés susmentionnées, et l'OMS.

Le point de déclenchement des accords a été une alerte pandémique émise par l'OMS en 2009.

Au premier trimestre après l'alerte, le plus grand fabricant de médicaments français a annoncé une énorme augmentation annuelle de 1,95 milliard de dollars (1,71 milliard d'euros). La grippe, cependant, n'a pas été à la hauteur de sa réputation mortelle. En Allemagne, 258 personnes sont décédées au cours de la première année de l'épidémie de grippe - un chiffre bien inférieur aux décès causés par une épidémie de grippe «normale».

Alors que l'OMS blâmait son budget extravagant de 18 milliards de dollars contre la grippe porcine d'être trop prudent, d'autres étaient et restent sceptiques.


"Au moment de l'épidémie de grippe porcine, j'étais secrétaire général de l'OMS au Département de la santé publique, de la propriété intellectuelle et des médicaments. Personne n'en avait peur".


"Je ne connaissais personne à l'OMS qui se soit fait vacciner, y compris le directeur général, qui a dit aux journalistes en réponse à leurs questions qu'elle n'avait pas eu le temps mais se ferait vacciner plus tard". - German Velasquez, Fonds vert pour le climat (GCF)

Wolfgang Wodarg, ancien délégué au Conseil européen, renforce le scénario d'incertitude et de vérités voilées, affirmant que le personnel de l'OMS ferme souvent les yeux sur les réalités de certaines situations en échange d'un financement.


"Les dirigeants de l'OMS n'ont aucune idée de ces choses. Ils doivent dépendre des scientifiques. Et les scientifiques leur sont attribués par les pays et par les organisations qui financent l'OMS. Et beaucoup d'entre eux ont donné des conseils et pris des décisions qui ont profité au secteur pharmaceutique. l'industrie " - Wolfgang Wodard, ancien délégué au Conseil européen, pneumologue et épidémioloiste

Au fil des ans, des tendances similaires dans les relations entre l'OMS, l'ONU et des entreprises et organisations spécifiques sont apparues; certaines dans les situations les plus improbables et les plus critiques, notamment la catastrophe de Tchernobyl.

Étant donné que l'OMS aurait réduit le nombre de décès causés directement par et en raison des séquelles de l'explosion nucléaire, il était devenu clair que l'organisation travaillait en étroite collaboration avec l'Agence Internationale de l'Énergie Atomique (AIEA). En fait, l'AIEA a été initialement fondée en tant qu'agence «Atoms for Peace» sous l'égide de l'ONU.



La fondation Bill et Melinda Gates est le principal commanditaire et bailleur de fonds non-gouvernemental de l'OMS. Comme on sait que la fondation Gates vise la promomtion de la vaccination unilatérale, avec des vaccins brevetés par la fondation de surcroît et destinés surtout à des contrées souvent les plus pauvres, il y a manifestement apparence de conflit d'intérêt. Ce genre d'entente intéressée montre que l'OMS n'est pas une organisation OBJECTIVE et qu'elle sert des intérêts privés. - Advitae


Et tandis que les deux organisations ont, en fin de compte, deux motivations très différentes - une concernant la santé mondiale et l'autre, l'utilisation "sûre" de l'énergie atomique - non seulement Tchernobyl, mais aussi Fukushima étaient sous-évalués dans leurs niveaux de dévastation.

TrustWHO (faire confiance à l'OMS) met en lumière la façon dont les lobbies de l'industrie ont infiltré l'OMS et se demande si on peut faire confiance à l'organisation pour réussir à garder le public en bonne santé.



***

Note de l'éditeur: Outres les conflits d'intérêts évidents mentionnés dans le texte, la fondation Bill et Melinda Gates serait le principal commanditaire indépendant et bailleur de fonds de l'OMS. Comme on sait que la fondation Gates vise la promotion de la vaccination unilatérale, avec des vaccins brevetés par la fondation de surcroît et destinés surtout à des contrées souvent les plus pauvres, il y a manifestement apparence de conflit d'intérêt. Ce genre d'entente intéressée montre que l'OMS n'est pas une organisation OBJECTIVE et qu'elle sert des intérêts privés.

 

Références:

https://www.aljazeera.com/programmes/specialseries/2018/12/trustwho-business-global-health-181205092342434.html

 

- Ghislain Martel  (+)


Aucun témoignage trouvé pour cet article

Avis important !

Advitae ne prétend pas faire le diagnostic des maladies ni ne promet ni ne garantis une meilleure santé par l'application des informations contenues sur ce site. Pour soigner un problème sérieux de santé, veuillez consulter votre médecin (nutritionniste de préférence) ou un praticien de médecine alternative reconnu. Je conseille d'avoir recours à un(e) nutritionniste ou un(e) nutrithérapeute pour toute question pointue concernant votre nutrition ou si vous prenez des médicaments.