Infolettre Advitae
Abonnez-vous gratuitement
à l'infolettre Advitae
Recevrez les dernières parutions
et des dossiers chocs sur la santé en primeur
2727
>>
 
Médecine et société
image publicite

Il guérit son cancer terminal du cerveau grâce à des traitements alternatifs interdits

Articles-sante > 2.Medecine-et-societe > Il-guerit-son-cancer-terminal-du-cerveau-grace-a-des-traitements-alternatifs-interdits.500.htm


Il guérit son cancer terminal du cerveau grâce à des traitements alternatifs interdits

par Ghislain Martel* 

Il guérit son cancer terminal du cerveau grâce à des traitements alternatifs interdits"Lorsque en 1971, le président Nixon déclare la guerre contre le cancer, 1 personne sur 30 était touchée. Aujourd'hui ce chiffre est de 1 sur 3." (1)

Cherchez l'erreur!

Malgré les sommes faramineuses investies dans la recherche sur le cancer, les statistiques de cancer ne cessent de croître et les traitements sont de plus en plus couteux et répandus. Heureusement, certains "patients" ne se laissent pas abattre, cherchent des solutions où ils peuvent en trouver, quitte à aller voir ailleurs que dans le cercle de la médecine officielle, et certains réussissent.

Voici une très belle histoire très encourageante et bouleversante d'une guérison jugée impossible, mais pourtant bien réelle.

Condamné, il guérit son cancer du cerveau jugé incurable

Condamné, il guérit totalement de son cancer du cerveau pourtant reconnu incurable à 100% par les scientifiques et les médecins! Aujourd'hui, il continue à prendre ses "traitements" alternatifs qui comprennent entre autres des vitamines, minéraux, des médicaments destinés à d'autres problèmes et d'autres molécules naturelles.

La vidéo ci-dessous, est un excellent documentaire sur les traitements du cancer oubliés et cachés, mais surtout sur le message et les protocoles rigides et contre-productifs de la médecine officelle. La science travaille-t-elle pour trouver les meilleures solutions, celles qui guérissent, ou bien si elle travaille pour rentabiliser le système? Pourquoi des traitements sont-ils boudés et rejettés d'office avant même d'avoir été testés?

Un protocole thérapeutique stérile qui ne sert pas les intrêts du patient

Voici encore des preuves compromettantes que le système connaît généralement les solutions efficaces, souvent naturelles, autres que ce qu'on nous propose dans le protocole de traitement officiel. Mais ce système en est un contrôlé par des corporations qui ont des intérêts financiers dans la vente de traitements, évidemment, et qui ne peut mettre fin à la source de revenu qu'est la maladie. Formés dans des institutions elles-mêmes contrôlées par les multinationales du médicament et Big Pharma, telles que la Fondation Rockefeller, les médecins et les chercheurs ne reçoivent donc pas nécessairement ces informations et/ou ils reçoivent la consigne et l'obligation de ne pas les transmettre aux patients. Par ailleurs, les règles médicales qui sont dictées lors de la formation sont claires: Ils doivent absolument suivre le protocole, même si ce dernier est inefficace.

"Pour progresser dans la lutte contre le cancer, il n'est pas nécessaire d'avoir la solution complète à tous les problèmes de la recherche fondamentale ... l'histoire de la médecine est remplie d'exemples de traitements réussis, obtenus des années, des décennies, et même des siècles avant que le mécanisme et le fonctionnement de ces traitements aient été compris.” - Sidney Farber, États-Unis Congrès 1971


Les académies de médecine étant contrôlées et financées en grande partie par l'industrie pharmaceutique et les cartels pétrochimiques, les médecins sont conditionnés pour faire peur aux patients et les décourager d'essayer d'autres choses que le traitement médical conventionnel. Tout ce qui est susceptible de nuire au commerce de la thérapie chimico-radiologique doit être rejetté. La plupart savent pourtant que le protocole officiel ne fonctionne pas pour 97% des patients. La plupart savent que la chimiothérapie va tuer le patient à l'intérieur d'un an. Cependant, si c'est pas dans le protocole officiel, ils doivent éviter d'en parler, de proposer des solutions autres qui pourraient sauver leur patient.


« Je ne serais pas vivant aujourd'hui si j'avait juste écouté les conseils de mon oncologue. [...] Je ne sais pas comment un neuro-oncologue peut se regarder dans le miroir le soir en sachant que ses patients vont mourir avec la radiothérapie et la chimio » - Un patient qui s'est guéri par ses propres moyens. (1)


"La réalité pour la plupart des patients, est que leurs médecins ne sont pas prêts à s'engager sur des thérapies expérimentales - hors des essaies cliniques structurés - malgré le diagnostic d'une maladie terminale. (1)

Les solutions alternatives boudées par le système et les professionnels

Il est difficile de déterminer avec précision si les traitements alternatifs auraient guéri seuls son cancer, mais avec le taux de réussite des traitements conventionnels de moins de 3%, et de 0% dans le cas des glioblastomes (selon les dires des oncologues eux-mêmes), il est à parier que la guérison serait arrivée même sans la chimio, et possiblement encore plus tôt qu'avec une combinaison de deux traitements. La logique même nous l'indique, puisque la maladie est incurable à 100% des cas même avec le trio conventionnel de thérapies combinées (chimio-radio-chirurgie). Faites votre propre déduction.

Le système est-il intéressé à venir à bout de cette maladie? Regardez, vous verrez...


"La vérité est que malgré les milliards de dollars dépensés pour la recherche, nous n'avons pas guéri un seul cancer depuis les années 70 (souligné par la rédaction). Si nous faisons la guerre contre le cancer, nous sommes confrontés à la défaite. Nous ne sommes pas plus proches de comprendre comment traiter les métastases ou les tumeurs malignes - le Saint Graal de l'oncologie - que nous ne l'étions il y a 50 ans. " (1)

C'est donc un enjeu très sérieux, et une manipulation scandaleuse des informations qui ne servent pas le cancéreux. Bein au contraire, mais pourquoi? Pourquoi priver des malades souffrants de traitements potentiellement efficaces pouvant venir à bout de leur cancer?


"En realité la réponse se trouve hors de la médecine elle-même. C'est lié au capitalisme, à la structure de la sécurité sociale, à l'administration des hôpitaux, etc.…" (1)

Ainsi, comme le mentionne si bien un chercheur, l'efficacité d'une molécule naturelle ou autre, si elle ne peut être comprise et démontrée n'intéresse pas les scientifiques et ne pourra être incluse dans un protocole thérapeutique. Les médecins qui doivent se plier à l'approche scientifique et institutionnelle, doivent suivre à la lettre le protocole sous peine de risquer de perdre leur licence et leur droit de pratique.


"D'autres composants évidents pour un traitement "cocktail" sont des éléments naturels. Ces substances naturelles ne peuvent pas être protégées par des brevets. Et, donc, aucune compagnie ne peut en devenir le propriétaire exclusif."

Par conséquent, il est important de comprendre que la FDA et les labos des compagnies pharmaceutiques ne financeront jamais l'étude de molécules qui ne peuvent être brevetées, dont par exemple, les nutriments, vitamines, minéraux, etc, car ils ne pourront en tirer profit. Si bien que ces méthodes ou ces produits, même si plus efficaces, économiques et dépouvus d'effets secondaires, ne seront jamais homologués, ni proposés, ni utilisés. Seules les méthodes brevetables seront donc étudiées, homologuées et incluses dans un protocole thérapeutique. 

C'est ainsi que fonctionne notre système de santé à l'occidental.

À la vôtre!

 

 

Références:

1) https://vimeo.com/119006145

- Ghislain Martel  (+)


Aucun témoignage trouvé pour cet article

Avis important !

Advitae ne prétend pas faire le diagnostic des maladies ni ne promet ni ne garantie une meilleure santé par l'application des informations contenues sur ce site. Pour soigner un problème sérieux de santé, veuillez consulter votre médecin (nutritionniste de préférence) ou un praticien de médecine alternative reconnu. Je conseille d'avoir recours à un(e) nutritionniste ou un(e) nutrithérapeute pour toute question pointue concernant votre nutrition ou si vous prenez des médicaments.