Infolettre Advitae
Abonnez-vous gratuitement
à l'infolettre Advitae
Recevrez les dernières parutions
et des dossiers chocs sur la santé en primeur
5411
>>
 
Médecine et société

Je ne surmontrai jamais le sentiment d'avoir tué mon fils avec un vaccin même si je pensais faire la bonne chose

Articles-sante > 2.Medecine-et-societe > Je-ne-surmontrai-jamais-le-sentiment-davoir-tue-mon-fils-avec-un-vaccin-meme-si-je-pensais-faire-la-bonne-chose.719.htm


Je ne surmontrai jamais le sentiment d'avoir tué mon fils avec un vaccin même si je pensais faire la bonne chose

par Ghislain Martel* 

Je ne surmontrai jamais le sentiment d'avoir tué mon fils avec un vaccin même si je pensais faire la bonne chose"Je ne surmontrai jamais le sentiment d'avoir tué mon fils."

"Je suis démolie"

Quand elle est allé voir un de ses 3 enfants qui dormaient, Krystle Cordingley verra parfois non pas un visage normal d'enfant qui dort, mais le visage "gris et sans vie" de son fils Corbyn, retrouvé mort dans son lit 14 heures après avoir été vacciné contre la grippe.

C'était il y a plus de cinq ans.

"Je suis brisé. Je ne suis pas suicidaire ni incapable de fonctionner, mais mon cœur sera toujours brisé. Je me sentirai toujours coupable d'être celle qui a amené mon fils pour se faire vacciner, et je ne sais pas si je vais surmonter cette épreuve d'avoir le sentiment que je l’ai tué », déclare Cordingley, qui consacre désormais sa vie à la lutte contre la vaccination.

Elle se souvient dans les moindres détails du 18 octobre 2013, le dernier jour de la vie de son fils âgé de 13 mois.

Du regard incompréhensible et larmoyant qu'il lui lança après le vaccin antigrippal, au repas qu'elle lui prépara avant son quart de soir à l'hôpital - qu'elle garde toujours dans son congélateur, incapable de le jeter - à la façon dont son père jeta un coup d'œil dans la chambre de son fils, pensant qu'il dormait paisiblement sur le ventre.

Puis, comment, lorsqu'elle est rentrée chez elle et qu'elle se préparait à l'allaiter, elle a remarqué que sa poitrine ne bougeait pas, s'est retournée, et a crié, consciente qu'il était trop tard. Ensuite, les tentatives vainement désespérées de le faire revivre.

«De toutes mes années de formation en intervention d'urgence, je n'aurais jamais pensé que le premier enfant sur lequel je m'en servirais serait le mien», a déclaré Cordingley. "J'ai encore des flash-backs du personnel médical qui craque le sternum de mon enfant comme sur une poupée pour continuer une RCR."

La cause médicale officielle du décès a été annoncée "l'inconnu", ce qui est profondément insatisfaisant (et faux - NDLR).

Assurée seulement que son fils ne s'était pas étouffé, Cordingley, qui vit à Ogden, en Utah, voulait en savoir plus et ne le lâcherait pas avant de savoir. Elle dit qu'un tiers neuropathologiste a identifié des dommages graves au tronc cérébral et à l'hippocampe de Corbyn, et a déclaré à la mère, "qu'elle voit autant de dommages causés par les bébés plus jeunes du SMSN [Syndrome de la mort subite] tout le temps, mais jamais chez les enfants plus âgés et elle est surprise qu'il ait vécu aussi longtemps que lui. "

- Krystle Cordingley





Référence:

https://www.rt.com/news/454052-vaccination-activists-side-effects-


- Ghislain Martel  (+)




Voir aussi:

Aucun témoignage trouvé pour cet article

Avis important !

Advitae ne prétend pas faire le diagnostic des maladies ni ne promet ni ne garantis une meilleure santé par l'application des informations contenues sur ce site. Pour soigner un problème sérieux de santé, veuillez consulter votre médecin (nutritionniste de préférence) ou un praticien de médecine alternative reconnu. Je conseille d'avoir recours à un(e) nutritionniste ou un(e) nutrithérapeute pour toute question pointue concernant votre nutrition ou si vous prenez des médicaments.