Infolettre Advitae
Abonnez-vous gratuitement
à l'infolettre Advitae
Recevrez les dernières parutions
et des dossiers chocs sur la santé en primeur
8902
>>
 
Le corps humain
image publicite

La glande thyroïde au ralenti

Articles-sante > 8.Le-corps-humain > La-glande-thyroide-au-ralenti.111.htm


La glande thyroïde au ralenti

par Gisèle Frenette* 

Depuis environ un an, Samantha se sent de plus en plus fatiguée et nerveuse; elle dort mal et sa bonne humeur semble s’être envolée pour faire place à l’impatience et l’irritabilité. De plus, malgré qu’elle mange sainement la plupart du temps et que son appétit est stable, elle a pris six kilos depuis les derniers huit mois. Elle a remarqué aussi qu’elle a souvent froid, et cela, même quand les autres dans la pièce semblent confortables à l’air ambiant. Sa chevelure est plus terne et ses cheveux se sont mis à tomber depuis quelques mois. C’est comme si tout d’un coup, sa vie s’était juste détraquée et qu’elle n’arrivait plus à reprendre le contrôle.

Inquiète, et d’ailleurs elle se rend compte qu’elle l’ait de plus en plus souvent depuis quelques mois, elle rencontre son médecin. Elle revient de cette visite médicale encore plus décontenancée qu’avant; apparemment, elle souffre d’une dépression modérée. Elle n’arrive pas à croire qu’elle soit déprimée. Rien ne la tracasse particulièrement excepté son état de santé. Elle qui a toujours aimé la vie et qui est connue pour son rire contagieux, mais qu’est-ce qui se passe?

Elle décide donc de demander une seconde opinion avant de commencer à prendre les antidépresseurs prescrits. Cet autre médecin lui parle de sa glande thyroïde et d’un test sanguin qui lui apportera rapidement des réponses. Et voilà, les dés sont jetés. Une semaine plus tard, un diagnostic est établi; elle souffre d’hypothyroïdie. Un traitement d’hormones thyroïdiennes de substitution est rapidement instauré; il s’agit en fait d’une petite pilule à prendre chaque matin. Après environ six semaines de traitement, Samantha commence à se sentir revenir à la vie. Peu à peu, elle se sent moins nerveuse, elle dort mieux et se sent moins épuisée. Le poids qu’elle portait sur ses épaules s’allège et le nuage de négativité qui flottait en permanence au-dessus de sa tête se dissipe. L’ordonnance pour les antidépresseurs prend le chemin des poubelles, et même si elle réalise que son traitement pour l’hypothyroïdie en est un à vie, elle se sent tellement mieux qu’elle l’accepte facilement.

Qu’est-ce que l’hypothyroïdie?

Les hormones thyroïdiennes secrétées par la glande thyroïde, souvent appelée la glande maîtresse du corps, aident à régulariser presque toutes les fonctions du l’organisme. Elles ont un champ d’action tellement vaste que peu d’organes échappent à leur influence, tant le cerveau, le cœur, la peau que les os. L’hypothyroïdie apparaît lorsque la glande thyroïde ne parvient plus à produire suffisamment d’hormones thyroïdiennes pour assurer le bon fonctionnement de l’organisme. Cette insuffisance hormonale cause alors un ralentissement des fonctions physiques et psychologiques : les battements cardiaques ralentissent, la température du corps s’abaisse (frilosité), le corps a tendance au gain pondéral car il brûle moins de calories et la concentration est plus ardue. Les symptômes de l’hypothyroïdieLes symptômes de l’hypothyroïdie peuvent se manifester doucement sur une période de quelques mois à quelques années. Bien que la femme soit de cinq à sept fois plus souvent atteinte que l’homme, celui-ci n’en est pas exempt pour autant. Les périodes charnières de la vie de la femme où il y a de grandes fluctuations hormonales telles que la grossesse, la période post-partum et ménopausique semblent être propices au déséquilibre thyroïdien. De même, les personnes ayant des antécédents familiaux de maladies thyroïdiennes courent plus de risque d’être atteintes d’un trouble thyroïdien que la population en général.

Toute une panoplie de symptômes

Comme la carence en hormones thyroïdiennes est ressentie par tous les systèmes du corps, les signes et symptômes de l’hypothyroïdie sont nombreux : fatigue, faiblesse, léthargie, troubles du sommeil, troubles de concentration, perte de mémoire, irritabilité, nervosité, dépression, crise de panique, mains et pieds froid, frilosité exagérée, prise de poids malgré un appétit stable, cheveux ternes et cassants, perte de cheveux, chute des cils, palpitations cardiaques, constipation, crampes et douleurs musculaires, baisse de la libido, infertilité, avortement spontané, sensation d’une boule dans la gorge ou difficulté à avaler, paumes des mains ou plantes des pieds colorées d’un jaune orangé, infection à répétitions, anémie chronique, élévation du taux de cholestérol sanguin. Un signe classique de l’hypothyroïdie est l’amincissement ou la dépilation de la queue du sourcil. Alors que certaines personnes souffrent de toute une panoplie de symptômes, d’autres n’en ressentent que quelques uns, et encore là, d’intensités différentes allant de très légères à très graves.

Comment traiter l’hypothyroïdie?

Un bilan sanguin vérifiant les taux d’hormones thyroïdiennes est habituellement suffisant pour déceler l’hypothyroïdie. Le traitement consiste à prendre quotidiennement un substitut d’hormones thyroïdiennes, le plus souvent, de la thyroxine de synthèse en comprimé (Synthroid®). Pour la plupart des gens, le concept de « la p’tite pilule chaque matin » leur permettra de retourner à une vie productive. Pour d’autres, le chemin vers la soi-disant « normalité » nécessitera quelques ajustements médicamenteux ainsi que quelques changements à leur style de vie pour y inclure une alimentation mieux équilibrée, une supplémentation en vitamines et minéraux (sélénium, zinc, fer), un programme d’exercice et des moyens pour mieux gérer le stress.

Et les émotions dans tout ça?

L’aspect émotionnel de la maladie est trop souvent négligé. C’est la façon que le corps et la psyché ont trouvé pour crier à l’aide. La personne qui souffre d’hypothyroïdie éprouve souvent une sensation d’étouffement, l’impression d’être victime de sa propre vie. Elle n’exige pas ce qu’elle veut au plus profond d’elle-même. Elle a le goût d’abandonner tant elle est fatiguée d’attendre son tour, tant elle est découragée et insatisfaite. Au lieu de créer sa vie, elle ressasse ses problèmes, ses peurs, ses échecs; son âme vit dans la noirceur. Cette personne doit apprendre à passer à l’action, à respecter ses exigences, à écouter son « je veux ».

Référence : Gisèle Frenette, L’hypothyroïdie expliquée, Quebecor, 2009, 2013

- Gisèle Frenette  (+)


* Ayant cheminé en santé comme infirmière consultante en nutrition et phytothérapeute Gisèle Frenette est l'auteure de 6 livres sur le thème de la santé.



Aucun témoignage trouvé pour cet article

Avis important !

Advitae ne prétend pas faire le diagnostic des maladies ni ne promet ni ne garantie une meilleure santé par l'application des informations contenues sur ce site. Pour soigner un problème sérieux de santé, veuillez consulter votre médecin (nutritionniste de préférence) ou un praticien de médecine alternative reconnu. Je conseille d'avoir recours à un(e) nutritionniste ou un(e) nutrithérapeute pour toute question pointue concernant votre nutrition ou si vous prenez des médicaments.