Infolettre Advitae
Abonnez-vous gratuitement
à l'infolettre Advitae
Recevrez les dernières parutions
et des dossiers chocs sur la santé en primeur
9608
>>
 
Le corps humain
image publicite

Les effets de l'inflammation sur le corps humain

Articles-sante > 8.Le-corps-humain > Les-effets-de-linflammation-sur-le-corps-humain.105.htm


Les effets de l'inflammation sur le corps humain

par Gisèle Frenette* 

Qu’est-ce que l’inflammation?

L’inflammation apparaît dans le corps humain lorsque les tissus sont irrités. Par exemple, suite à une blessure ou une infection, il est normal de voir apparaître de la rougeur, de l’œdème (enflure), le tout accompagné ou non par une sensation de chaleur au toucher. L’inflammation peut en fait s’installer à peu près n’importe où dans le corps.

Les symptômes qui en résultent

Au fur et à mesure que l’organisme évolue vers l’état inflammatoire, divers symptômes font leur apparition. Chaque personne réagit différemment à un tel environnement mais les plaintes de fatigue, de léthargie, de se sentir tout croche, de douleur et de courbatures, de déprime passagère, et même, de dépression sont les plus fréquentes. D’autres se plaindront de troubles du sommeil, d’une prise de poids, d’être plus sensibles aux variations de température (froid, chaud) ou d’une hypersensibilité aux changements de météo (humidité).

L’inflammation a aussi un rôle important a joué dans la douleur chronique, la neuropathie périphérique (comme les engourdissements et les picotements aux extrémités dont souffrent souvent les diabétiques), et peut conduire à des maladies plus graves tels que la maladie cardiaque et le cancer. Le trouble cardiaque est souvent le résultat de l’inflammation plutôt que des taux élevés de lipides (cholestérol).

Le fait de prendre de 4,5 à 9 kg (10 à 20 livres) sur une période de 6 à 24 mois crée un climat inflammatoire, car les taux de glycémie et de lipides sanguins sont déréglés. Le corps n’arrive tout simplement plus à suivre le rythme. D’autres facteurs tels que l’hypertension, l’abus d’alcool et le tabagisme aggravent la situation.

Comment détecter l’inflammation?

La façon la plus simple de savoir si l’inflammation est la source de vos problèmes est de demander un test qui vérifie la protéine C réactive. Il s’agit d’un examen sanguin très sensible mais non spécifique, c’est-à-dire qu’il détecte assez facilement l’inflammation dans l’organisme mais sans préciser la cause exacte. Par exemple, c’est en investiguant pour trouver la cause de l’élévation de ce marqueur, qu’on peut découvrir un cas d’arthrite à son tout début et ainsi faire les changements qui s’imposent afin de réduire son impact.

Que faire pour s’en sortir?

Le remède le plus simple est d’adopter une diète basée surtout sur les légumes. Il s’agit en fait de réduire à un minimum les hydrates de carbone comme les céréales, le pain et les pâtes qui font fluctuer la glycémie. Afin de créer un environnement anti-inflammatoire, outre les légumes qui doivent couvrir la plus grande partie de l’assiette, les protéines végétales, le poisson, les viandes maigres, les œufs, des corps gras sains (noix, beurre de noix) doivent être favorisés. Notez que l’on doit choisir une méthode de cuisson des aliments qui ne promeut pas l’inflammation, comme la cuisson à la vapeur. Les fruits sont permis en portions raisonnables, car ils contiennent quand même du sucre, même s’il est naturel.

Il est préférable de faire ces changements progressivement afin d’éviter les inconvénients gastriques ou intestinaux qui pourraient survenir. Une période de 6 à 8 semaines devrait suffire à habituer le système digestif à cette nouvelle façon de s’alimenter. D’ailleurs, tout changement de comportement ou d’habitude prend un certain temps à acquérir.

Ce que l’on consomme 80 % du temps se reflète sur la façon dont on se sent. Ce n’est donc pas une petite gâterie occasionnelle qui sème la pagaille dans notre corps à moins que l’aliment convoité vous soit interdit pour cause d’allergie, d’intolérance ou de maladie (sucre pour le diabétique). Il est important d’éviter ou de combattre l’état inflammatoire si on veut diminuer ou éliminer la douleur déjà présente et afin de prévenir les maladies dégénératives plus sérieuses.

(Pour plus d'info, voir mon livre: Comment soulager la douleur, Edimag 2011)

- Gisèle Frenette  (+)


* Ayant cheminé en santé comme infirmière consultante en nutrition et phytothérapeute Gisèle Frenette est l'auteure de 6 livres sur le thème de la santé.



Aucun témoignage trouvé pour cet article

Avis important !

Advitae ne prétend pas faire le diagnostic des maladies ni ne promet ni ne garantie une meilleure santé par l'application des informations contenues sur ce site. Pour soigner un problème sérieux de santé, veuillez consulter votre médecin (nutritionniste de préférence) ou un praticien de médecine alternative reconnu. Je conseille d'avoir recours à un(e) nutritionniste ou un(e) nutrithérapeute pour toute question pointue concernant votre nutrition ou si vous prenez des médicaments.