Infolettre Advitae
Abonnez-vous gratuitement
à l'infolettre Advitae
Recevrez les dernières parutions
et des dossiers chocs sur la santé en primeur
2969
>>
 
Médecine et société
image publicite

Éducation: nos enfants sous médication pour des maladies non-fondées

Articles-sante > 2.Medecine-et-societe > Education-nos-enfants-sous-medication-pour-des-maladies-non-fondees.120.htm


Éducation: nos enfants sous médication pour des maladies non-fondées

  1. Éducation: nos enfants sous médication pour des maladies non-fondées
  2. Inventer des maladies pour des médicaments
  3. Des solutions alternatives au ritalin
par Ghislain Martel* 

Enfant piluleDepuis des années déjà, le système d'éducation a changé, les bases ancestrales et éprouvées de l'apprentissage sont modifiées une après l'autre, puis, les enfants sont étiquetés dès leur plus jeune âge pour ensuite être mis sous médication.



Depuis le premier diagnostic, les maladies psychiatriques et autres "troubles" du comportement ont rapporté des milliards aux compagnies de médicaments, aux pharmaciens de même qu'aux psychiatres. Cependant, selon certaines sources, certains de ces médicaments ont des effets secondaires sérieux, peuvent causer la dépendance et amener un comportement asocial, voire criminel. L'avenir des jeunes ainsi soumis à ces médicaments n'est peut-être pas celui que l'on voudrait.

Quelques faits

  • En l'espace d'un an (1990), 500 000 enfants américains reçoivent le diagnostic TDAH (trouble de l'attention avec / sans hyperactivité).
  • Plus de 6 millions d'enfants américains prennent aujourd'hui (2000) le chemin de l'école après avoir avalé leurs pilules d'amphétamine (Ritaline, pour ne citer que la plus employée);
  • Entre 1990 et 2000 , 186 décès liés à la Ritaline ont été rapportés à la FDA, ce qui ne représente, selon le docteur BAUGHMAN, membre de l'Académie américaine de neurologie, que 10 à 20% du nombre réel de décès imputables à cette drogue;
  • Des enfants âgés d'une dizaine d'années décèdent de troubles cardiaques et présentent des anomalies similaires à celles présentées par les consommateurs chroniques de cocaïne;
  • Dans les hôpitaux américains, les admissions dans les services d'urgence pour abus de Ritaline sont aujourd'hui, chez les préadolescents, plus nombreuses que celles dues à la cocaïne;
  • La Ritaline se vend dans les cours d'école et de nombreux enfants la sniffent ou se l'injectent;
  • Il s'agit d'une drogue de classe 2 au même titre que la cocaïne, la méthamphétamine, les opiacés ou les barbituriques;
  • Le nombre de crimes et de suicides par des enfants et des adolescents sous l'emprise de médicaments psychotropes ne cesse d'augmenter.(1)

Le Ritalin une substance vedette dans les milieux scolaires

Qu'est-ce le Ritalin* (ou la ritaline)?

Le Ritalin* est un nom de marque pour le méthylphénidate, un substance proche des amphétamines (speed), qui est aussi commercialisé sous d'autres noms dans d'autres pays ou par d'autres sociétés: RITALINE* (en Belgique), DAYTRANA*, METHYLIN*, ATTENTA*, METADATE*, RITALINA*, HYNIDATE*, QUASYM* ou EQUASIM*, FOCALINE*, BIPHENTIN*, CONCERTA*, DEXÉDRINE*, ADDERRALL*.

Cependant, on a pas inventé la molécule pour traiter le problème précis du TDAH, comme la logique le dicterait. La molécule existait bien avant son affiliation avec cette maladie. Elle avait d'abord été créée pour combattre la dépression et la narcolepsie, mais cet usage a été abandonné, faute de succès. Pour pouvoir profiter de cette invention, on a plutôt échafaudé une maladie pour justifier la vente de cette molécule

Lire la suite pour savoir comment cela a commencé...

- Ghislain Martel  (+)


Tdah# 1120
  "Les premieres descriptions du TDAH date du milieu des année 1800 par le docteur Hoffman... Bref que de desinformations "
(Le corps ou l'esprit)

Canada
Commenter

Avis important !

Advitae ne prétend pas faire le diagnostic des maladies ni ne promet ni ne garantie une meilleure santé par l'application des informations contenues sur ce site. Pour soigner un problème sérieux de santé, veuillez consulter votre médecin (nutritionniste de préférence) ou un praticien de médecine alternative reconnu. Je conseille d'avoir recours à un(e) nutritionniste ou un(e) nutrithérapeute pour toute question pointue concernant votre nutrition ou si vous prenez des médicaments.