Infolettre Advitae
Abonnez-vous gratuitement
à l'infolettre Advitae
Recevrez les dernières parutions
et des dossiers chocs sur la santé en primeur
6042
>>
 
Médecine et société
image publicite

Recherche médicale: Le secteur de la recherche pris à défaut par la corruption et les intérêts privés s'éloigne de la vérité


Recherche médicale: Le secteur de la recherche pris à défaut par la corruption et les intérêts privés s'éloigne de la vérité

par Ghislain Martel* 

Recherche médicale: Le secteur de la recherche pris à défaut par de la corruption ou les intérêts privésVoici différentes citations de médecins et chercheurs dans le domaine médical qui dénoncent le manque de transparence des instituts et des biais dans les protocoles de recherche.

Comme tout domaine rattaché à des spéculations et des marchés extrêmement lucratifs, la recherche appliquée dans le domaine de la médecine offre de nombreuses occasions de faire passer un message d'un côté comme de l'autre et de favoriser une issue plutôt qu'une autre. Les lobbies pharmaceutiques certes s'y intéressent et y investissent d'énormes sommes d'argent. Les chercheurs étant humains peuvent se laisser convaincre de délaisser leur code d'honneur et leur désir de trouver la vérité pour une compensation d'un autre ordre. Pourtant, on nous présente toujours la recherche scientifique et médicale comme un secteur vertueux et authentique. Qu'en est-il vraiment ?

Le secteur de la recherche médicale pris à défaut

"Beaucoup de ce qui est publié est incorrect. Je ne suis pas autorisé à dire qui a fait cette remarque car on nous a demandé de respecter les règles de Chatham House.  On nous a également demandé de ne pas prendre de photos ou de diapositives. Ceux qui travaillaient pour des agences gouvernementales ont plaidé pour que leurs commentaires restent particulièrement non cités, puisque les prochaines élections britanniques signifient qu'ils vivent dans le "purdah" - un état glacial où de sévères restrictions à la liberté d'expression sont imposées à toute personne employée par le gouvernement. Pourquoi ce souci paranoïaque du secret et de la non-imputation ?  Parce que ce symposium sur la reproductibilité et la fiabilité de la recherche biomédicale, qui s'est tenu au Wellcome Trust à Londres la semaine dernière, a abordé l'une des questions les plus sensibles de la science actuelle : l'idée que quelque chose a fondamentalement mal tourné avec l'une de nos plus grandes créations humaines.

Affligée par des études portant sur des échantillons de petite taille, des effets minuscules, des analyses exploratoires non valables et des conflits d'intérêts flottants, ainsi que par une obsession à poursuivre des tendances à la mode d'importance douteuse, la science a pris un virage vers l'obscurité.  Comme l'a dit un participant, "les mauvaises méthodes donnent des mauvais résultats". L'Académie des sciences médicales, le Conseil de la recherche médicale et le Conseil de la recherche en biotechnologie et en sciences biologiques ont désormais mis leur poids en termes de réputation au service d'une enquête sur ces pratiques de recherche douteuses. L'endémicité apparente des mauvais comportements en matière de recherche est alarmante.

Dans leur quête d'une histoire convaincante, les scientifiques sculptent trop souvent des données pour établir leur théorie préférée du monde. Ou bien ils remettent en cause des hypothèses pour fixer leurs données. Les rédacteurs en chef des revues scientifiques méritent eux aussi leur part de critiques. Nous aidons et encourageons les pires comportements.  Notre acceptation du facteur d'impact qu'il alimente une compétition malsaine pour gagner une place dans quelques revues sélectionnées.  Notre amour du significatif pollue la littérature avec de nombreux contes de fées statistiques.  Nous rejetons les confirmations importantes. Les revues ne sont pas les seuls mécréants.  Les universités sont dans une lutte perpétuelle pour l'argent et le talent, des finalités qui favorisent des mesures réductrices, comme la publication à fort impact. Les procédures d'évaluation nationales, telles que le cadre d'excellence pour la recherche, encouragent les mauvaises pratiques.  Et les scientifiques, y compris leurs plus hauts responsables, ne font pas grand-chose pour modifier une culture de la recherche qui frise parfois la mauvaise conduite. »

- Richard Horton, auteur pour The Lancet


« La plupart des études scientifiques sont erronées, et elles le sont parce que les scientifiques s'intéressent au financement et à leurs carrières plutôt qu'à la vérité. La recherche médicale, toujours un scandale » - Dr Richard Smith, rédacteur en chef du British Medical Journal


« On s'inquiète de plus en plus du fait que la plupart des résultats de recherche publiés actuellement sont faux. La probabilité qu'une affirmation de recherche soit vraie peut dépendre de la puissance et de la partialité de l'étude, du nombre d'autres études sur la même question et, surtout, du rapport entre les relations vraies et les relations fausses parmi les relations étudiées dans chaque domaine scientifique.  »

- Dr John Ioannidis, MD

****

« Quelque chose est pourri dans l'état de la recherche biomédicale. Tous ceux qui travaillent dans ce domaine le savent à un certain niveau. Nous applaudissons les présentations de nos collègues lors de conférences, en espérant qu'ils nous feront preuve de la même courtoisie, mais nous savons dans notre cœur que la majorité, voire la grande majorité de nos affirmations en matière de recherche sont fausses. »

- Magazine Quartz

****

« En tant que Dr. DU MIT en génie biologique qui étudie et fait des recherches presque tous les jours sur le système immunitaire, la propagande de peur du #coronavirus par l’État profond va entrer dans l’histoire comme l’une des plus grandes fraudes pour manipuler les économies, supprimer la dissidence, - pousser la médecine OBLIGATOIRE! »"

Dr Shiva Ayyadurai, PhD, Ingénieur en biologie, inventeur du courriel

- Ghislain Martel  (+)


Aucun témoignage trouvé pour cet article

Avis important !

Advitae ne prétend pas faire le diagnostic des maladies ni ne promet ni ne garantis une meilleure santé par l'application des informations contenues sur ce site. Pour soigner un problème sérieux de santé, veuillez consulter votre médecin (nutritionniste de préférence) ou un praticien de médecine alternative reconnu. Je conseille d'avoir recours à un(e) nutritionniste ou un(e) nutrithérapeute pour toute question pointue concernant votre nutrition ou si vous prenez des médicaments.