Infolettre Advitae
Abonnez-vous gratuitement
à l'infolettre Advitae
Recevrez les dernières parutions
et des dossiers chocs sur la santé en primeur
9417
>>
 
Médecine et société

La guerre fait rage actuellement entre les promoteurs pro-vaccins et les parents anti-vaccins

Articles-sante > 2.Medecine-et-societe > La-guerre-fait-rage-actuellement-entre-les-promoteurs-pro-vaccins-et-les-parents-anti-vaccins.627.htm


La guerre fait rage actuellement entre les promoteurs pro-vaccins et les parents anti-vaccins

par Ghislain Martel* 

La guerre fait rage actuellement entre les promoteurs pro-vaccins et les parents anti-vaccinsLes Médias sont-ils vendus au laboratoires de Big Pharma?

(Texte tiré et traduit d'un article de Martha Rosenberg sur le site de Organic Consumers Association)

" Une guerre acharnée se déroule en ce moment, et ce n’est pas à propos de Trumpcare ou de l’immigration: c'est à propos des vaccins.

Les grands médias et les groupes médicaux, généralement financés ou soutenus par Big Pharma, ont attaqué les parents sceptiques à propos des vaccins, les traitant de théoriciens du complot dont les croyances arriérées mettent le public en danger.

Les sceptiques au sujet des vaccins considèrent les promoteurs du vaccin comme des employés payés et embauchés par Big Pharma pour dissimuler des effets secondaires graves et les blessures documentés liés aux vaccins.

Dans la couverture médiatique traditionnelle et progressiste (Mother Jones, Alternet, Huffington Post, Truthout, Progressive, The Nation), il existe une tolérance zéro pour le débat critique sur la sécurité des vaccins. Demandez pourquoi le vaccin contre l'hépatite B est systématiquement administré aux bébés à la naissance - pour une maladie transmise principalement par le sexe et l’usage de drogues intraveineuses - et vous êtes étiqueté «anti-science».

Suggérez que certains vaccins, notamment ceux contre le VPH Gardasil et Cervarix (deux médicaments liés à des réactions indésirables, et à la mort), très publicisés, ne permettent pas de «sauver la vie» et vous pouvez ainsi être accusé de «ramener la polio».

Les médias [de masse - NDLT] discréditent régulièrement les parents d’enfants blessés par les vaccins, les accusant de ne rien savoir au sujet des médicaments ([il seraient capables de rien - NDLR], sauf d’élever leur propre enfant, bien sûr) et d’imaginer ou même de causer des problèmes à leur enfant.

Les sites d'information progressistes qui ne défendraient jamais la couverture médiatique de Monsanto ou des OGM, s'abreuvent du Kool-aid "les-vaccins-sont-sûrs". Le mois dernier, Jezebel a sorti le titre suivant: "Robert De Niro et Robert F. Kennedy Jr. déclarent les vaccins dangereux, ce qu’ils ne sont pas." Dans un article de 2015, The Atlantic a ricané que "Les vaccins sont rentables, et alors?" Et le Daily Beast est allé jusqu’à féliciter Paul Offit, peut-être le promoteur de vaccins le plus extrême du pays.


"Il est vrai qu'il y a eu 24 000 rapports d'événements indésirables avec Gardasil et 106 décès. [...] 60 000 événements indésirables rapportés avec le vaccin contre les oreillons, la rougeole et la rubéole ont été signalés, et 26 000 après la vaccination avec le Prevnar, pour le pneumocoque." - Forbes


On veut demander à ces sites progressistes: Pensez-vous vraiment que Big Pharma ne vous a jamais mal informé, juste pour des raisons de profit? Qu'en est-il de tous les médicaments qui ont dû être retirés du marché, après que Big Pharma a insisté sur le fait qu'ils étaient sécuritaires? Des médicaments tels que Vioxx, Baycol, Trovan, Meridia, Seldane, Hismanal, Darvon, Raxar, Redux, Mylotarg, Lotronex, Propulsid, phénylpropanolamine (PPA), Prexige, phénacétine, Oraflex, Omniflox, Posnor, Durac et Posnor, Durac?

Le fait est que les vaccins ne sont pas tous sûrs. C’est la raison pour laquelle le programme national d’indemnisation des traumatismes liés aux vaccins (VICP), créé pour indemniser financièrement les victimes de traumatismes liés aux vaccins, existe. Le site Web de VICP indique:


"La plupart des personnes vaccinées n'ont pas de problèmes graves. Dans de très rares cas, un vaccin peut causer un problème grave, tel qu'une réaction allergique grave. Dans ces cas-là, le programme national d'indemnisation des victimes de vaccins (VICP) peut indemniser financièrement les personnes qui déposent une requête et qui se sont avérées avoir été blessées par un vaccin couvert par le VICP."

Même le très pro-Pharma Forbes rapporte: "Il est vrai qu'il y a eu 24 000 rapports d'événements indésirables avec Gardasil" et "106 décès". Cependant, l'auteur de l'article de Forbes explique: "60 000 événements indésirables rapportés avec le vaccin contre les oreillons, la rougeole et la rubéole [ROR - NDLR]  ont été signalés, et 26 000 après la vaccination avec le Prevnar, pour le pneumocoque."

Nous demandons: Deux fois plus de torts les rendent-ils bons, Forbes?

Les CDC gèrent un système de déclaration des événements indésirables liés au vaccin (VAERS), qui permet aux personnes de constater par elles-mêmes [et de rapporter - NDLR] les effets indésirables et les décès liés à un vaccin particulier. Une recherche de personnes décédées des vaccins antirougeoleux MEA, MER, MM, MMR ou MMRV a révélé 416 décès [souligné par la redaction]. L’été dernier, EurekaAlert, le grand réseau scientifique, a fait valoir que la lecture des informations de VAERS «ne permet pas nécessairement de gagner la confiance du public ou de favoriser son adhésion».

C'est un euphémisme.



Une recherche de personnes décédées des vaccins antirougeoleux MEA, MER, MM, MMR ou MMRV a révélé 416 décès


Abus et conflits d'intérêts pas même cachés

Il n'y a pas de doutes que les vaccins soient rentables. Dans certains États, Blue Cross Blue Shield offre aux médecins des primes pour les vaccins qu’ils administrent aux patients. Et un nombre croissant de chaînes de pharmacies proposent désormais des vaccins.

Il existe des conflits d'intérêts insensés et non dissimulés entre les médias grand public et les fabricants de vaccins qui influencent les reportages et découragent les débats critiques sur la sécurité des vaccins. Mike Papantonio, de l’émission télévisée America’s Lawyer, rapporte:


"Selon une étude réalisée en 2009 par Fairness and Accuracy in Reporting, à l'exception de CBS, tous les principaux médias aux États-Unis partagent au moins un membre du conseil d'administration avec au moins une société pharmaceutique [SPLR]. Les membres du conseil d'administration se réveillent, se rendent à une réunion chez Merck ou à Pfizer, puis leur chauffeur les emmène à une réunion dans une chaîne de télévision."

La Fondation Gates est intimement liéee aux fabricants de vaccins, de même que nos propres agences gouvernementales, y compris le CDC. C’est clairement une situation où le renard est protégé. L’industrie des vaccins «donne également des millions à l’Académie de pédiatrie pour des conférences, des subventions, des cours d’éducation médicale et a même aidé à la construction de son siège social » [SPLR], rapporte CBS.

En 2013, le Journal d'épidémiologie et de santé communautaire a rapporté que le sérieux avec lequel les universitaires ont décrit l'épidémie de grippe porcine de 2009-2010 était proportionnel au montant des fonds reçus de Pharma.

Que dit la science?

Lorsque vous lisez les articles scientifiques publiés sur l'innocuité des vaccins - et en particulier sur les liens avec l'autisme infantile -, ils semblent tous avoir été écrits par quatre scientifiques qui se connaissent et travaillent pour Big Vac. Malgré les preuves accablantes que le thimérosal, le thimerosal, est nocif pour les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées, la position officielle des scientifiques favorables à la vaccination est la suivante [SPLR]: «C'était totalement sûr, mais nous l'avons quand même éliminé».

Robert F. Kennedy Jr., président du World Mercury Project, n'est pas d'accord. Les vaccins contenant du thimérosal ne sont ni sans danger, le thimérosal est toujours présent dans les vaccins qu'il surveille. Kennedy offre 100 000 dollars à quiconque peut trouver une étude publiée indexée dans PubMed prouvant que les taux de mercure dans les vaccins sont inoffensifs pour les nourrissons et que le développement du fœtus est identique à celui qui est attendu [SPLR].



Kennedy offre 100 000 dollars à quiconque peut trouver une étude publiée indexée dans PubMed prouvant que les taux de mercure dans les vaccins sont inoffensifs pour les nourrissons et que le développement du fœtus est identique à celui qui est attendu.


Bien que ce soit des scientifiques, les chercheurs pro-vaccins utilisent une logique embarrassante dans leurs défenses vaccinales - ils utilisent en réalité le "paradoxe du corbeau" que beaucoup d'entre nous ont appris dans Logic 101. Il déclare que "tous les corbeaux sont noirs; cet oiseau est noir; ce doit être un corbeau ». En d'autres termes, selon des chercheurs à la logique boiteuse: « Le mercure est sans danger et ne cause pas d'autisme, tous les vaccins le sont donc ».

Pendant ce temps, les scientifiques pro-vaccins abordent rarement, voire jamais, les questions scientifiques plus complexes entourant les vaccins - tels que les autres métaux utilisés, comme l'aluminium. Ou si la série actuelle de vaccins multiples administrés aux enfants aujourd'hui pourrait surcharger leur système immunitaire. Ou si les vaccins vivants ou les anticorps des pathologies infectieuses pourraient, paradoxalement, causer la maladie qu’ils sont censés prévenir.

Selon des articles publiés, ce n’est pas seulement le thimérosal, mais les métaux en général, tels que l’aluminium actuellement utilisé dans les vaccins, qui sont suspectés. De tels métaux peuvent traverser la barrière hémato-encéphalique de l’enfant et déclencher une augmentation du stress oxydatif lié à l’autisme, selon des articles de journaux. Le stress oxydatif est un déséquilibre entre la production de radicaux libres et la capacité du corps à contrecarrer ou à détoxifier ses effets nocifs par la neutralisation par des antioxydants. Trop de vaccins administrés de manière trop rapprochée aux enfants trop jeunes augmentent également le stress, disent ceux qui remettent en question les vaccins et les calendriers de vaccination [SPLR].

La science, oui, mais laquelle?

Lorsqu'un article scientifique semble montrer clairement qu'il existe un lien entre les vaccins pour enfants recommandés aux États-Unis et une altération du développement neurologique, les scientifiques favorables à la vaccination se déchaînent. Un article de 2010 publié dans Acta Neurobiologiae Experimentalis, une revue scientifique trimestrielle à comité de lecture couvrant les neurosciences, a révélé que «les nourrissons macaques rhésus recevant l'intégralité du programme de vaccination infantile aux États-Unis» n'ont pas «subi les changements de volume à la maturité des amygdales tels qu'observés chez les animaux non-exposés au cours d'une période donnée».

Pourquoi l’amygdale est-elle importante? Les chercheurs ont écrit: «Des études neuropathologiques et de neuroimagerie portant sur des personnes présentant un TSA [trouble du spectre autistique]. . . ont apporté de plus en plus de preuves d'un rôle central pour l'amygdale ». En particulier, chez de tels enfants, il est élargi« par rapport aux contrôles neurotypiques ».

Les scientifiques pro-vaccins se sont précipités. Un scientifique n'a pas utilisé suffisamment de singes pour établir une découverte scientifique. Des conclusions opposées sur l'amygdale ont été émises, qui invalident l'étude, a déclaré un autre scientifique. Un scientifique en colère était même disposé à discréditer l’étude sur les singes en affirmant que les singes ne constituaient pas un modèle valable pour la maladie humaine - annulant ainsi des millions d’expériences, y compris celles pour lesquelles des médicaments à usage humain sont approuvés! Bien entendu, beaucoup de spécialistes du bien-être animal se sont interrogés sur la validité des "modèles" animaux.

De l'illogisme à l'insulte

Au nom de Big Pharma, la science et les médias ont mis en place un homme de paille (un canular - NDLR) appelé «Les vaccins causent l'autisme». Ils l'ont ensuite renversé et déclaré que les vaccins étaient sans danger. C’est une insulte à l’intelligence publique, en particulier à la lumière des blessures évidentes qui se produisent, y compris celles documentées dans la base de données VAERS - sans parler des personnes atteintes, et en particulier des parents d’enfants blessés. Le programme national d'indemnisation des traumatismes liés aux vaccins a à lui seul attribué 3,18 milliards de dollars sur 16 000 réclamations depuis 1988 [SPLR].



Le programme national d'indemnisation des traumatismes liés aux vaccins a à lui seul attribué 3,18 milliards de dollars sur 16 000 réclamations depuis 1988


Les cas de lésions causées par un vaccin prouvent-ils que les vaccins sont toujours dangereux et doivent toujours être évités? Bien sûr que non. Mais ces cas prouvent que les vaccins ne sont pas «complètement sûrs» comme le dit le dogme bien fondé du vaccin, bien financé."

(Martha Rosenberg est une rédactrice associée de la Organic Consumers Association.)

 

 

Référence:

https://www.organicconsumers.org/essays/how-mainstream-media-insults-public’s-intelligence-vaccines

- Ghislain Martel  (+)


Aucun témoignage trouvé pour cet article

Avis important !

Advitae ne prétend pas faire le diagnostic des maladies ni ne promet ni ne garantis une meilleure santé par l'application des informations contenues sur ce site. Pour soigner un problème sérieux de santé, veuillez consulter votre médecin (nutritionniste de préférence) ou un praticien de médecine alternative reconnu. Je conseille d'avoir recours à un(e) nutritionniste ou un(e) nutrithérapeute pour toute question pointue concernant votre nutrition ou si vous prenez des médicaments.